polémique -

L’IRM demande des comptes à Luc Trullemans

L’IRM demande des comptes à Luc Trullemans

Il y a une semaine, Luc Trullemans faisait parler de lui à cause de propos à caractère raciste publié sur Facebook. Il a depuis été licencié de chez RTL.

Reporters

Luc Trullemans risque-t-il de se faire licencier par son employeur permanent, l’Institut royal météorologique (IRM)? Il va en tout cas devoir une nouvelle fois s’expliquer et sera soumis à une enquête disciplinaire.

Selon La Libre Belgique, l’ancien Monsieur Météo de RTL-TVI va devoir s’expliquer une nouvelle fois à l’IRM sur son comportement et les propos qu’il a tenu ces derniers jours.

Des propos à caractère raciste

Vendredi dernier, Luc Trullemans faisait parler de lui à cause de propos à caractère raciste écrits sur sa page Facebook suite à un incident de circulation.

Trois jours plus tard, on apprenait son licenciement de la maison RTL à cause de «prises de positions incompatibles avec sa position d’homme public représentant RTL, et le devoir de réserve qui y est associé», disait un communiqué.

À la suite de son licenciement, Luc Trullemans a choisi le président du Parti Populaire, Mischaël Modrikamen, pour le défendre en justice.

Vers une enquête disciplinaire

Si dans un premier temps, l’IRM, son employeur permanent, avait accepté les excuses de Trullemans, il semblerait que sa position soit désormais différente.

Voici les explications fournies par le responsable de la Politique scientifique fédérale, Philippe Mettens, à La Libre Belgique : «Dans un premier temps, il est exact que l’IRM n’a pas voulu investiguer plus avant mais depuis lors sont intervenus des éléments nouveaux dont des déclarations et écrits totalement inacceptables pour quelqu’un qui travaille dans la fonction publique. Monsieur Trullemans sera soumis à une enquête disciplinaire».

Victime ou non ?

Les nouveaux éléments dont parle Philippe Mettens font-ils référence à la version que Philippe Delusinne, le patron de RTL, a dévoilé dans une interview au Vif?

On peut par exemple y lire : « Il (Luc Trullemans N.D.L.R.) m’a aussi écrit par SMS : «Je les ai fait chier pendant cent mètres », ce qui n’est pas vraiment les mots d’une victime.»

Philippe Delusinne expliquait également avoir découvert les interviews peu flatteuses de Trullemans après les faits et avoir été averti de la présence de blagues racistes sur sa page Facebook. «L’homme tombait le masque», concluait-il.

Luc Trullemans va donc devoir s'expliquer auprès de l'IRM qui instruira ensuite «son dossier à charge comme à décharge» lit-on sur La Libre Belgique.

Ambiance chez RTL

Chez RTL, les événements liés à «l’histoire Trullemans» ne sont pas sans conséquences. Certaines voix de soutien à l’ancien Monsieur météo s’élèvent alors que d’autres se placent du côté de la direction d’RTL. Ambiance au programme!

Et Luc Trullemans de rajouter de l’huile sur le feu en «recommandant» sur sa page Facebook un article des journaux SudPresse datant d’octobre 2011 sur la condamnation de Stéphan Van Bellinghen (autre Monsieur météo) suite à une altercation avec un steward et un agent de police en 2009. Stéphan Van Bellinghen qui n’a pas été, lui, licencié à la suite de cette affaire. La recommandation a été finalement effacée de la page Facebook de Trullemans.

Mais ce n’est pas tout. Plusieurs animateurs de la chaîne ont été victimes de menaces alors que des tags fascistes sont apparus sur les murs de la RTL House. Une manifestation de soutien à Trullemans est également prévue la semaine prochaine.

La sécurité du bâtiment est désormais renforcée en vue d’éviter tout débordement.