EVASION FISCALE

Panama, paradis fiscal pour les grandes fortunes belges

A Panama, les sociétés offshore poussent comme des champignons. Nos grandes fortunes sont de la partie, selon l'étude du PTB
A Panama, les sociétés offshore poussent comme des champignons. Nos grandes fortunes sont de la partie, selon l'étude du PTB--
Nos grandes fortunes belges profitent du paradis fiscal panaméen. Le PTB dénonce... Et relance l'idée d'une Taxe des Millionnaires et d'un cadastre des fortunes.

Alors que l'étau se resserre autour du secrétaire communal de Mons, Pierre Ubrain, détenant deux société au Panama, le service d’études du PTB s’est penché sur les sociétés panaméennes détenues par de grands noms du capitalisme belge comme De Spoelberch (AB Inbev), Velge-Bekaert, Emsens, Saverys, Boël...Conclusion : oui, le Panama est bel et bien un paradis fiscal prisé par nos grandes fortunes, pris sur le fait de fraude internationale.

14ème sur la liste 

Ce n'est pas nouveau: depuis 1930, le Panama (Amérique centrale), est un pays refuge pour l'évasion fiscale. Le pays est classé en 14ème position en matière d'opacité financière sur la liste 2011 de Tax Justice Network International. L'Etat figure aussi sur la liste « Offshore Financial Centers » établie par le FMI en 2007 et sur la « liste gris foncé » de l’OCDE.

Grâce à la base de données Company Register du Panama, révélée au grand jour par un hacker il y a quatre ans, le PTB a pu éplucher la situation chez nous. On y trouve les centaines de milliers de sociétés constituées au Panama. Et la présence de personnalités du monde belge des affaires est impressionnante.

"On y retrouve la moitié du top 15 des plus grandes fortunes de notre pays. Notre liste est certainement fort incomplète puisque d’autres figures du capitalisme belge peuvent avoir créé – fait créer – des sociétés panaméennes dans lesquels ils ne siègent pas eux-mêmes. Et puis, le Panama n’est qu’un paradis fiscal parmi la septantaine de territoires offshore recensés sur la planète », note Marco Van Hees, auteur de l’étude.

Cadastre des fortunes

Le service d'étude profite de cette enquête pour remettre sur la table la proposition de Taxe des Millionnaire. “C'est un argument supplémentaire de la nécessité d’imposer les grandes fortunes. Cette “Taxe des millionnaires” induirait d’établir un cadastre des fortunes, alors que la Belgique partage avec le Panama le triste privilège de figurer sur la liste des champions de l’opacité financière établie par le Tax Justice Network. Un cadastre des fortunes (financières, car le cadastre du patrimoine immobilier existe déjà), couplé à une politique volontariste contre les paradis fiscaux, est une condition pour taxer les grandes fortunes, mais permettrait en plus de lutter contre la fraude nuisant au rendement des autres impôts”, indique Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB.

Retrouvez ici l'étude complète.

Retrouvez ici une liste non exhaustive de fortunes belges qui profitent du paradis fiscal panaméen.

Panama, le bon plan...

S'évader fiscalement au Panama ? C'est le bon plan... La législation bancaire et commerciale est axée sur la confidentialité (secret bancaire). Il existe une zone franche (Colon, à l'extrémité du canal atlantique). Les non-résidents profitent d'une totale absence de taxation des revenus, tandis que les sociétés n'ont aucune obligation de fournir leurs comptes. Il est aussi possible d'installer un siège de société sans imposition sur le salaire des expatriés. Enfin, il existe des véhicules financiers adaptés aux activités des groupes et des particuliers non résidents : la « société offshore » et la « fondation offshore ». 

Monter une société offshore là-bas, c'est simple comme bonjour et accessible à toutes les bourses. Il est possible d'en créer une directement depuis certains sites internet, pour seulement 1.090 US$ (environ 830€).