réactions

Photovoltaïque : « Le casse du siècle », s’exclame le MR

Charles Michel, président du MR et Willy Borsus, chef de groupe au parlement wallon dénoncent le « casse du siècle ».

Charles Michel, président du MR et Willy Borsus, chef de groupe au parlement wallon dénoncent le « casse du siècle ».

-Belga

Après des semaines de temporisation, le gouvernement wallon vient de trouver une sortie dans le dossier du photovoltaïque et des certificats verts. Une compétence gérée par le ministre Jean-Marc Nollet (Écolo). Pour Charles Michel, président du MR et Willy Borsus, le chef de file MR au parlement wallon, il s’agit du «casse du siècle».

Photovoltaïque wallon : «le casse du siècle!»...

C’est ainsi que Charles Michel, président du MR et Willy Borsus, chef de file MR au parlement wallon, présentent l’accord gouvernemental wallon sur le photovoltaïque, les certificats verts et la «dette Elia» de 2,7 milliards.

Après des semaines, des mois d’atermoiements, et une dernière semaine plutôt rude pour le secteuret les particuliers, cet accord photovoltaïque vient, ce jeudi après-midi, d’être dévoilé par Rudy Demotte (PS), Jean-Marc Nollet (Ecolo), ministre de tutelle, et le reste du gouvernement.

La solution du cdH : une nouvelle taxe

Ce jeudi matin, le cdH était même prêt à proposer une taxe à l’attention des particuliers qui avaient investi dans des panneaux. Une proposition qui risquait pourtant d'alourdir  encore plus la note pour ceux-ci, puisqu’il était toujours question en sus d’une diminution du prix minimum garanti (de 65 € à 40 €).

Le cdH dément toutefoiscette information dont nous avions pourtant pu obtenir confirmation mercredi soir.

Pour le MR, « Des dérapages idéologiques »

Charles Michel et Willy Borsus dénoncent, eux, «les dérapages idéologiques et l’amateurisme du gouvernement wallon qui coûteront cher aux Wallons ».

«Le gouvernement wallon a enfin pris des mesures pour stopper l’emballement de la facture de la promotion du photovoltaïque en Wallonie. Mais à quel prix! Il trompe les Wallons en trahissant le contrat qu’il a passé avec eux. Les certificats verts sont revus à la baisse ou dans la durée et cela, à cause de l’incompétence et de l’amateurisme du Gouvernement wallon. Au final, c’est le contribuable qui paie la note salée : au moins 2000 € par ménage!»

Instabilité en Wallonie et étude sur l'éventuel effet rétroactif

Charles Michel et Willy Borsus pointent aussi une éventuelle décision rétroactive.

«Cette façon de revoir des règles en cours de route avec effet rétroactif installe une lourde instabilité en Wallonie. Quelle image désastreuse pour les potentiels investisseurs étrangers qui souhaiteraient s’établir en Wallonie!»

Et encore...

«Le MR s’opposera à toute disposition rétroactive qui mettrait à mal des centaines de milliers de ménages et d’emploi et pourrait probablement être attaquée au Conseil d’État, note Charles Michel. J’ai chargé les experts du Centre Jean Gol, aidé par des avocats, d’examiner toutes les pistes législatives et juridiques permettant de protéger les ménages et entreprises wallons».

« Les Wallons trois fois victimes »

Pour Charles Michel et Willy Borsus, «Les Wallons sont victimes trois fois : les consommateurs qui vont voir leur note d’électricité augmenter, les citoyens qui ont investi de bonne foi dans le photovoltaïque et les entreprises qui ont développé des activités dans cette activité. Selon le secteur, entre 2000 et 3000 emplois sont fragilisés suite aux mesures du Gouvernement Olivier.»

« Une commission spéciale »

Au Parlement wallon, le MR va à nouveau demander qu’une commission spéciale «apporte toute la lumière et la transparence nécessaire dans ce dossier.»

«Le manque de décision et l’idéologie affichée ces dernières années par les Ministres successifs de l’Énergie vont plomber les politiques énergétiques pour les 10 à 15 prochaines années », déclare Willy Borsus.