LA QUESTION PSY DU 5 JANVIER 2013

Faut-il recadrer en permanence son enfant rêveur ?

Un enfant « dans la lune » doit apprendre à revenir sur terre lui-même, pas à être guidé en permanence.

Un enfant « dans la lune » doit apprendre à revenir sur terre lui-même, pas à être guidé en permanence.

-xalanx – Fotolia

Certains parents se sentent obligés d’assister en permanence leur enfant, sinon il ne se tient pas à ses tâches scolaires ou domestiques. Mais est-ce vraiment la bonne solution? La réponse de Vanessa Greindl.

«Nathan, notre fils de 7 ans, a de grosses difficultés de concentration, il ne peut faire ses devoirs que rappelé 15 fois à l’ordre. Je suis obligée de m’asseoir à côté de lui et de le ramener sans cesse à ce qu’il doit faire. C’est la même chose pour se brosser les dents, prendre une douche ou ranger sa chambre. Je suis épuisée et visiblement ma course harassante ne l’aide pas. Qu’en pensez-vous?»Lucia, 29 ans

La réponse de Vanessa Greindl, psychanalyste

Votre fiston semble bien distrait, étourdi, inattentif. Il rêve et vous semblez sans cesse le tirer par les pieds : «Reviens ici, sur terre, dans tes devoirs, ta chambre, ta douche, ton corps…» Il s’évapore, s’envole comme un ballon gonflé à l’hélium et si vous le lâchez, le voilà parti. Son corps est bien là, mais son esprit file et c’est le vôtre de fil qui le ramène sans cesse à ses affaires.

Comment pourriez-vous l’aider à fabriquer son propre cap? Nathan doit construire peu à peu cette capacité de revenir à lui, de se centrer sur sa propre personne. À l’heure actuelle, il vous laisse manœuvrer, vous le faites si bien. Cela lui permet de s’envoler pour un temps, avec un filet de luxe. Le voilà ramené par sa maman, à certains moments, réalisant tout en douceur un atterrissage parfait si ce n’est qu’il n’en est pas le pilote.

Il doit construire son propre fil

Que se passerait-il si vous le laissiez un peu plus revenir à lui par ses propres moyens? Construire son fil, peut-être serait-ce aussi fabriquer sa propre peau psychique, son espace de pensée à lui. Tant que vous coordonnez Nathan comme une marionnette, en tirant les bons fils au bon moment, il joue au pantin tout offert à vos gestes de mère, tandis que son être propre s’enfuit de temps en temps hors du réel. Tous les deux, vous en payez le prix fort, lui se prêtant à vos mains expertes s’absente et s’y perd, alors que vous vous agitez pour deux, éreintée et de plus en plus courroucée.

Le laisser se débrouiller

Lui faire confiance, le laisser se débrouiller, éviter de lui offrir toujours votre espace de pensée à vous, quitte à le voir atterrir brutalement parfois, lui permettrait de s’envoler non pas dans les nuages, mais vers sa vie à lui, en quittant le nid.

Si vous êtes confronté au même problème avec votre enfant ou que vous avez réussi à surmonter cette difficulté, laissez votre réaction ou votre témoignage sur notre forum ou envoyez un mail à questionpsy@lavenir.net. Vous serez peut-être publié dans le supplément Deuzio de L’Avenir du samedi 12 janvier.

Retrouvez également les questions à Vanessa Greindl dans le mensuel «Psychologies Magazine» ou sur