BALFROID

Balfroid: un deuxième texte salue la fin de l’automne

Voici les enfants confrontés à un deuxième texte préparatoire à «leur» dictée préférée dont les demi-finales débuteront en janvier 2013. Attention, interdiction de regarder le corrigé avant!

L'arbuste jaune

Dans cette journée grise, une immense tache jaune illumine ce coin de jardin presque dépouillé. Le jaune d'or de cet arbuste qui fut merveilleux avec ses baies rouges a changé le décor. Le vent aura raison de toute cette splendeur d'ici quelques semaines. En attendant, quelle joie pour les yeux que cet or gratuit remplaçant le soleil. Les beaux jours qui nous ont éblouis sont rangés dans les tiroirs presque hivernaux. Mésanges et moineaux s'ébattent sur ce perchoir ocre avant la tombée des feuilles qui s'amoncelleront (amoncèleront) bientôt sur le sol mouillé. Au jour le jour, apprécions la nature si belle en cette saison.

 

Les pièges

Mettons les verbes en exergue. Si le verbe est toujours la base de la phrase, il faut savoir le conjuguer.

Certains auteurs écrivent parfois des phrases sans verbes, mais en primaire il vaut mieux écrire une phrase comme nous l’apprend l’analyse logique.

Dans ce texte, les verbes sont déclinés à divers modes et temps.

– Au présent :

1) illumine : verbe illuminer au présent de l’indicatif, à la troisième personne du singulier. Un e final et c’est tout.

2) s’ébattent : verbe pronominal s’ébattre, aussi au présent de l’indicatif, mais à la troisième personne du pluriel : ent. Les verbes pronominaux ne sont pas conjugués aux temps composés dans mes dictées; au présent, pas de problème.

– Au passé simple :

fut : verbe être à la troisième personne du singulier. Ne pas y mettre un accent circonflexe; ce serait le subjonctif imparfait tout à fait incongru dans notre programme.

– Au passé composé, celui qui implique les toujours redoutés participes passés :

1) a changé : participe passé employé avec l’auxiliaire avoir, reste invariable, son complément direct étant placé derrière.

2) éblouis : même type, quoique la difficulté surgit quand il faut trouver le complément direct placé devant; c’est nous, censé au masculin pluriel, donc s.

3) rangés : participe passé employé avec l’auxiliaire être, s’accorde avec le sujet jours, au masculin pluriel.

– Au futur simple :

1) aura : à la troisième personne du singulier, avec a et non t.

2) s’amoncelleront (s’amoncèleront) : verbe s’amonceler à la troisième personne du pluriel : ont.

– Les participes présents sont deux; ils restent invariables : attendant, remplaçant.

Si le premier est un gérondif (que vous ne connaissez pas), la règle orthographique en est la même.

– À l’impératif présent, nous avons apprécions à la première personne du pluriel avec ons.

Des mots peut-être moins connus.

baies : petits fruits sauvages en forme de boules.

ocre : couleur d’un brun jaune.

Remarquez qu’au pluriel, le nom employé pour désigner la couleur reste invariable : des pulls orange.

J’espère ne pas vous avoir donné une indigestion «verbale». Bonnes vacances de Noël et déjà excellente année 2013!