BALFROID

Une première dictée pour préparer le Balfroid

Nous tenons bon! Nous revoici avec des dictées qui prépareront les enfants de sixième primaire aux demi-finales du Balfroid 2013. Mais tous peuvent se tester…Interdiction de regarder la correction en premier!

Ciel moutonné

Quels jolis nuages disposés dans le ciel comme autant de grosses boules de coton ! La journée lumineuse que nous vivons en ce début d’automne se pare de si belles décorations célestes. Il faut pourtant se dire que ciel moutonné n’est pas de longue durée.

Profitons donc de la douceur associée à ce phénomène souvent répété par beau temps. Les rêves qu’on aura nourris durant ces heures magiques nous tiendront chaud dans l’hiver qui va naître (naitre).

Une petite promenade en cette époque délicieuse n’est pas un luxe. Le vent très calme autorise encore les tenues allégées et décontractées. Laissons les idées sombres s’envoler et rejoindre les nues qui nous ont enchantés.

Les pièges

– Tenir bon ou tenir chaud sont d’un seul tenant, bien entendu. Les deux termes sont donc liés, les adjectifs bon et chaud restent au singulier. Il ne vous viendrait pas à l’idée de tenir bonne ou de tenir chaude.

Restons dans les adjectifs qualificatifs. Le texte en est bourré. Ceux-ci s’accordent en genre et en nombre avec le nom auquel ils se rapportent.

– Toute l’expression «Quels jolis nuages disposés» est au pluriel. Elle contient aussi un autre adjectif non qualificatif : c’est quels, adjectif exclamatif.

– disposés est dans le rayon des participes passés employés seuls, mais la règle d’accord est la même que pour les qualificatifs.

– Les adjectifs qualificatifs sont donc nombreux : «ciel moutonné, grosses boules, journée lumineuse, belles décorations célestes, longue durée, douceur associée, phénomène répété, heures magiques, petite promenade, époque délicieuse, vent calme, tenues allégées et décontractées, idées sombres», ouf!

Si vous écrivez tout cela correctement, la moitié du travail (de troisième primaire) est accompli.

Les incontournables participes passés

Soyez rassurés. Il n’y a que les participes passés employés avec l’auxiliaire avoir, et dont le complément direct est placé devant qui demandent un peu de réflexion.

Il n’y en a qu’un dans ce texte.

– nourris : le complément direct étant «qu’», mis pour rêves, conditionne l’accord au masculin pluriel.

- Presque tous les verbes en «onner» et seulement ceux que vous employez le plus prennent deux «n», comme dans le titre moutonné. Vous avez ainsi «ronronner», «boulonner», «sonner» et bien d’autres.Ramoner (c’est la saison) ou téléphoner, par contre ne prennent qu’un seul «n».

Vous voici donc déjà parés pour une préparation «allégée».