USA

Sandy: l’historique trois-mâts des « Révoltés du Bounty » coule, 2 disparus

Long de 55 mètres, le HMS Bounty, avait été construit pour le tournage du film de Lewis Milestone de 1962 « Les Révoltés du Bounty », avec Marlon Brando.

Long de 55 mètres, le HMS Bounty, avait été construit pour le tournage du film de Lewis Milestone de 1962 « Les Révoltés du Bounty », avec Marlon Brando.

-Associated Press / Reporters

L’ouragan Sandy a eu raison lundi de la réplique de l’historique trois-mâts HMS Bounty, construite en 1962 et rendue célèbre au cinéma, qui a coulé au large de la Caroline du Nord, 14 de ses 16 membres d’équipage ayant à ce stade été secourus.

«Le navire a coulé», a indiqué lundi en mi-journée un porte-parole des garde-côtes américains. Peu de temps avant, un communiqué avait précisé que 14 des 16 membres d’équipage du navire avaient pu être secourus.

Long de 55 mètres, le HMS Bounty, avait été construit pour le tournage du film de Lewis Milestone de 1962 «Les Révoltés du Bounty», avec Marlon Brando, évoquant la célèbre mutinerie de 1789 à Tahiti à bord du navire britannique, précise son propriétaire sur son site internet.

Depuis, le bateau a fait des apparitions dans plusieurs autres films, dont «Pirates des Caraïbes: Le secret du coffre maudit» avec Johnny Depp, et des dizaines de séries télévisées ou de documentaires historiques.

L’ouragan Sandy, qui après avoir fait 66 morts dans les Caraïbes menaçait la côte est des Etats-Unis, aura ainsi eu raison du romantique trois-mâts qui était situé à environ 140 km au sud-est de Hatteras, en Caroline du Nord.

Son propriétaire a indiqué qu’il avait perdu contact avec l’équipage tard dimanche. Le quartier général des garde-côtes américains, basé à Portsmouth en Virginie, avait ensuite reçu un appel de détresse du bateau qui était alors privé de courant et ne parvenait plus à pomper l’eau entrée dans le navire.

Les marins ont abandonné leur navire lundi matin après avoir enfilé «des tenues de survie pour les eaux froides et des gilets de sauvetage avant de lancer dans la mer deux radeaux de sauvetage», ont souligné les gardes-côtes.

Sur place, la proximité de Sandy, ouragan de catégorie un sur l’échelle de Saffir-Simpson qui en compte cinq, entraînait des vents de 65 km/h et des vagues hautes de plus de 5 m.

Les marins ont été secourus par deux hélicoptères Jayhawk. Un avion Hercules C-130, qui devait être rejoint par un troisième hélicoptère, était toujours sur zone pour tenter de retrouver les deux membres d’équipage encore portés disparus.