Edition

L’Académie en poche et en tablette

Ce beau livre peut être acheté en format papier (25 €) ou ePub (3,99 €), la version enrichie Ibooks sera un peu plus chère.

Ce beau livre peut être acheté en format papier (25 €) ou ePub (3,99 €), la version enrichie Ibooks sera un peu plus chère.

-academie-editions.be

La digne vieille dame prend un fameux coup de jeune. L’Académie royale de Belgiquese lance dans l’éditionde poche et numérique.

Un intitulé un peu ronflant, une adresse de prestige juste à côté du Palais royal à Bruxelles, l’Académie royale de Belgique est devenue au fil du temps, une «vieille dame trop digne» pour reprendre les mots de son secrétaire perpétuel, Hervé Hasquin. Pourtant, la vieille dame change et elle a pris, hier, un fameux coup de jeune. «Nous devons assurer la diffusion de notre savoir, constate Hervé Hasquin, et dans ce sens jouer un rôle nouveau en terme de communication et de vulgarisation scientifique.»

L’Académie a donc décidé de se lancer dans l’édition en livres de poche mais également en livres numériques. Elle continuera naturellement à éditer des beaux livres ainsi que des ouvrages scientifiques mais le tout au départ d’une nouvelle plateforme numérique «tout livre imprimé aura son pendant numérique» et un partenariat avec les grandes librairies de Belgique francophone.

«Dans ce cadre, nous avons revu tous les contrats d’édition, poursuit Hervé Hasquin, et nos prix de vente ont diminué de moitié.» L’«Académie en poche», par exemple, proposera des livres de maximum 140 pages et dont le coût n’excédera pas 5 € en format papier (compter un euro de moins en format ePub). Deux sorties par mois sont prévues. Pour donner un exemple, en ce mois de septembre, Habiter sur Mars de la géophysicienne Véronique Dehant, par ailleurs directrice de cette collection de poche, côtoie Religion et littérature arabe contemporaine de Xavier Luffin. «Cette collection de poche qui est un mélange de synthèses et d’essais, affirme encore Hervé Hasquin, doit permettre d’aborder toutes les questions d’actualité.»

Le partenariat conclu avec la maison liégeoise d’édition numérique L’Aurore est une première en Belgique. «Nous sommes coéditeurs, explique Laurent Kinet, un des responsables de la maison d’édition, je pense que l’avenir des maisons d’édition numérique passe par ce type de coédition qui permet une cohabitation harmonieuse entre le papier et le numérique. Ici, chacun apporte son expertise et financièrement, les risques et les bénéfices sont partagés.» Car, et c’est un peu la cerise sur le gâteau, L’Aurore enrichit également certains ouvrages – qu’ils soient en poche ou pas – et propose des Ibooks dont le contenu en images, vidéos, etc. est plus important que dans le format papier.

«Clairement, termine Hervé Hasquin, via le site d’achat sur internet, les collaborations avec les libraires et la diffusion sur toutes les grandes librairies en ligne, nous ciblons un public différent, plus jeune.»

Moins chères, plus faciles d’accès, les lettres, arts et sciences de Belgique sortent de leur tour d’ivoire. On ne s’en plaindra pas.

Suivez notre page Culture sur Facebook