magazine

Les guérisseurs de l’invisible

Sophia, catholique fervente, est persuadée d’être habitée par un esprit et a demandé l’aide d’un exorciste.

Sophia, catholique fervente, est persuadée d’être habitée par un esprit et a demandé l’aide d’un exorciste.

-RTL TVI

Ce vendredi, «Reporters» s’intéresse aux chamanset aux exorcistes.«Ces guérisseurs de l’invisible» témoignent devant la caméra.

«Si vous voulez comprendre le chamanisme par la raison, vous n’y arriverez pas. Vous pouvez poser toutes les questions que vous voulez, ça ne servira à rien. On est dans un autre domaine.» Il y a vingt ans, Patrick était chef d’entreprise. Il est devenu chaman après avoir tout perdu et se charge désormais de soulager quelque peu – moyennant rétribution – les souffrances physiques et psychiques de ses visiteurs.

Parmi eux, Aurélie, 24 ans. Un kyste se développe anormalement sur l’un de ses ovaires. La jeune femme a déjà consulté plusieurs médecins mais est persuadée que cet homme à la longue chevelure grisonnante peut l’aider. Une foi, une démarche qui fera sourire bon nombre de téléspectateurs. Et pourtant, Aurélie n’est pas la seule à croire aux prétendus pouvoirs de ces guérisseurs. Selon un sondage mené au début des années 2000, un Français sur deux est animé de la même conviction. Les statistiques sont d’ailleurs surprenantes. Dans la région de Tournai, plus de 200 personnes sont reçues en moyenne chaque année par l’exorciste du diocèse, comme le rappelle Charles Neuforge dans ce Reporters consacré aux «guérisseurs de l’invisible».

Pour découvrir le quotidien de ces chamans et exorcistes, on prend aussi la direction d’Antibes, dans le Sud de la France. Là où habite Monseigneur Franck-William Schaffner. Depuis 40 ans, ce membre de l’Église catholique gallicane de France pratique l’exorcisme. Un job pas de tout repos : selon ses dires, son corps aurait déjà pris feu à deux reprises. Et du coup, Mgr Schaffner ne quitte plus sa soutane ignifugée. Cela ne l’empêche pas de présenter à la caméra ses «armes» pour faire déguerpir fantômes et esprits malveillants : l’eau bénite mais aussi un crucifix, son «pistolet à six coups contre l’au-delà» comme il le désigne lui-même.

De quoi soulager Sofia, maman de trois enfants et catholique fervente qui serait habitée par un esprit prénommé Michel? Pas vraiment. Trois séances d’exorcisme n’ont pas réussi à lui faire retrouver le moral. Quant au kyste d’Aurélie, il est toujours là malgré la cérémonie organisée par le chaman et n’a même pas rétréci d’un poil. Son portefeuille par contre a été délesté de 100 €.

RTL TVI, 19.45

Suivez notre page Culture sur Facebook