bronzage

Evitez de tester la « Barbie drug  »

la « Barbie drug  » est dangereuse, mais de plus en plus présente sur le marché belge.

la « Barbie drug  » est dangereuse, mais de plus en plus présente sur le marché belge.

-PhotoAlto/Reporters

500 flacons de Melanotan ont été saisis en Flandre. Une hormone illégale appelée la «Barbie drug  ». Elle fait bronzer en un mois. Évitez-la à tout prix.

On la surnomme la «Barbie drug  ». Il s’agit d’une hormone qui provoque un bronzage artificiel en un mois. Problème : elle est dangereuse, illégale… Et de plus en plus présente sur le marché belge.

«La semaine dernière, la police a saisi 500 flacons chez un dealer d’Ardooie, en Flandre occidentale, explique Ann Eeckhout, de l’Agence fédérale des médicaments. Jusqu’ici, nos inspecteurs n’avaient trouvé que des petits paquets achetés par des particuliers.  »

La descente de police a eu lieu après qu’une femme souffrant de graves problèmes de peau se soit présentée à l’hôpital.

« On ne sait rien de ce produit »

Interdit à la vente partout en Europe, le Melanotan — le nom officiel de cette hormone — rencontre néanmoins un certain succès sur des sites de vente via internet.

«Elle stimule certaines cellules de la peau, observe Ann Eeckhout. Après un certain temps, la réaction entraîne l’effet bronzé. Le problème, c’est qu’on ne connaît absolument pas le produit. On ne sait rien de ses effets, de sa posologie. Ni même d’une quelconque indication thérapeutique.  »

Traduisez : on ne sait même pas si ladite hormone peut soigner quelque chose. Autant de raisons pour lesquelles la vente du Melanotan est totalement illégale. L’Agence fédérale des médicaments met donc les consommateurs en garde, d’autant que la «Barbie drug  » peut, en plus, contenir des substances dangereuses.

« Le produit est offert sous différentes formes, sous différents noms, précise Ann Eeckhout. Il y a déjà sur le marché de très nombreux flacons et présentations différentes. Et dans l’un de ces lots, nous avons découvert de l’insuline.  »

L’insuline… Un médicament certes autorisé, mais à utiliser uniquement chez les patients diabétiques.

«Et même eux ne peuvent pas le prendre n’importe comment, n’importe quand, à n’importe quelle dose, prévient Ann Eeckhout. C’est très contrôlé. Donc imaginons qu’on donne cette hormone contenant de l’insuline à un patient qui n’est pas diabétique… Il y a énormément de risque. Il va vite tomber dans le coma, car on bloque la production et le métabolisme de sucre normal.  »

Un risque de cancer ?

Pour l’Agence fédérale des médicaments, tester la «Barbie drug  » revient à prendre des risques énormes pour la santé. D’autant que d’autres effets «secondaires  » pourraient avoir lieu.

«On avait déjà parlé de cette hormone voici un an, se souvient Ann Eeckhout. Une patiente belge qui l’utilisait avait développé un mélanome (NDLR : un cancer de la peau). Cela dit, il faut être juste : on n’a pas pu démontrer le lien de cause à effet. Mais on n’a pas pu l’exclure non plus.  »

Le Melanotan n’est pas le seul produit illégal ou dangereux vendu via internet, rappelle encore l’Agence fédérale des médicaments.

« Il faut faire très attention à tous les produits miraculeux qui y sont présentés. En Belgique, la vente de médicaments via internet est limitée aux pharmacies autorisées, qui ont pignon sur rue et respectent les règles légales, tant en terme de produits mis en vente, de pratiques que d’informations aux clients.  »