MUSIQUE - SESSION ACOUSTIQUE

Live buzz : la classe de Kim Novak de retour

Plus de quatre ans après son premier album, Kim Novak revient avec une nouvelle invitation au voyage. Et un son plus personnel.

Quatre garçons dans le vent, des mélodies aussi intenses qu’envoûtantes et une griffe qui s’affine au fil des années… Kim Novak fait partie de ces groupes français qui montent, qui montent, qui montent.

Déjà repérés il y a plus de 4 ans grâce à Luck & Accident, un premier album très réussi, les Caennais remettent le couvert cette année avec un deuxième opus tout aussi prometteur mais bien plus étoffé. Fini l’unique cold-wave new-yorkaise, le son de Kim Novak s’enrichit désormais de rock doo wop et d’une californian’touch très typique et plus personnelle.

« Avec Luck & Accident, on a été rapidement associé à des groupes comme Interpol ou The National alors qu’à la base on se sent plus proche de la musique des Beach Boys, explique Jérémie, le chanteur du groupe. Du coup, on a un peu changé de cap par rapport à ce que le public aurait pu attendre de nous. Même si au fond, comme nous l’a dit une copine, The Golden Mean nous ressemble beaucoup plus. »

Des mélodies efficaces

Reparti sur de nouvelles bases avec l’arrivée d’un nouveau label, Kim Novak a évolué durant les derniers mois. Plus subtils mais aussi déterminés que jamais, Jérémie et ses potes tracent la route avec de nouvelles chansons et une griffe beaucoup plus présente. «Etant donné que certains musiciens sont partis et que d’autres sont arrivés depuis la sortie de notre premier album, nous avons dû adapter notre line-up, se souvient le chanteur. Et ce n’est pas plus mal puisqu’au final, l’apport des uns et des autres permet de surprendre et de ne pas toujours mettre les pieds dans le même plat. Perso, moi j’adore… Rien que l’idée qu’un groupe reste sur ses acquis et produise la même chose depuis des années, ce n’est pas ce qui me passionne. Il faut oser aller au-delà des étiquettes qu’on nous donne.» Surprendre, innover, fantasmer et faire voyager son public, voilà ce qui fait notamment avancer les Caennais.

Rétros sans être dépassés, les ballades sombres et les hymnes lumineux de The Golden Mean font mouche. De quoi donner l’envie de partir à la conquête des États-Unis. « C’était notre volonté : proposer une carte ultra-datée des sixties américaines et tendre vers les arrangements efficaces qui ont fait les succès des ces décennies.» Mission plus que réussie avec The Golden Mean.

Comme l’actrice américaine en son temps, le quatuor français trouve peu à peu son équilibre, entre classe et efficacité.

« The Golden Mean », Sunny Weeks

+ Plus d'informations à lire dès ce mardi 3 avril en format PDF payant (6h), sur iPad ou dans le journal L’Avenir.

- Love affair dans la vidéo ci-dessus.

- Not so sure :

- In the mirror, un titre tiré de leur premier album :

- Kim Novak sur MySpace.

- Découvrez toutes nos sessions acoustiques Live buzz.

- Cette session a été réalisée avec l'amicale collaboration de Rockamusic.