La « loi rallye » a été respectée mais…

Si l’on en croit les propos de Freddy Loix (lire par ailleurs), qui ne fait pas dans la langue de bois sur le coup, le rallye du Condroz n’a pas respecté la loi Peeters, qui fixe toutes les normes de sécurité en la matière. Un constat que ne partagent pas les organisateurs. Pour une raison assez simple, selon eux : « Si nous n’avions pas été en conformité avec les exigences du plan Peeters, le coup d’envoi du rallye n’aurait jamais pu être donné, » indique Jean-Louis Roiseux, le responsable presse du Condroz. « Jamais les bourgmestres, qui sont devenus de véritables pros de la sécurité du rallye, n’auraient pris le moindre risque s’ils avaient eu ne serait-ce qu’un tout petit doute au départ. » Pourtant, Loix n’hésite pas à qualifier la dernière édition du Condroz comme le rallye le plus dangereux auquel il ait participé « ces quinze dernières années ».

« On ne conteste pas qu’il y a eu des débordements, je suis d’accord avec Freddy sur ce point-là, » admet Jean-Louis Roiseux. « Mais je ne suis pas d’accord lorsqu’on dit que nous avons été dépassés par les événements. Encore une fois, si ça avait été le foutoir, les différents bourgmestres concernés par la sécurité de la course n’auraient pas décidé de continuer, à l’unanimité, après l’accident. Ils ont bien trop à perdre. On ne joue pas avec la vie des gens. » ¦ B.R.

Suivez notre page L'Avenir Huy-Waremme sur Facebook