FRANCE

Une action anti-corrida tourne mal

-Animaux en péril
L'association belge "Animaux en péril" et plusieurs associations françaises ont mené une action anti-corrida impressionnante ce week-end aux arènes de Rodilhan, à quelques kilomètres de Nîmes, en France. Une action qui n'a pas plu aux amateurs de tauromachie.


Rassemblement anti corrida arène rodilhan (08.10... par licaon

Samedi 8 octobre à 15 h 50, les associations CRAC Europe pour la protection de l’enfance (France), Droits des animaux (France) et Animaux en Péril (Belgique) ont investi les arènes de Rodilhan, petit village à quelques kilomètres de Nîmes.

Le plan était clair. Jean-Marc Montegnies, président de Animaux en péril, nous raconte: "Un premier groupe dit "de la banderole" a déployé dans les gradins une quinzaine de banderoles pour créer une diversion et 65 autres pacifistes allaient en profiter pour sauter dans l'arène et s’enchaîner sur le sable". Le tout à quelques instants d'un lâcher de taureau.

Très vite, les esprits s'échauffent. Des spectateurs et organisateurs se ruent sur les banderoles dans les tribunes. Ensuite, ce sont les enchaînés qui vont être la cible des amateurs de corrida furieux de voir la fête gâchée par ces opposants.

"Ce qui s'est passé est incroyable. Je n'avais jamais vu ça. Une telle violence", nous confie Jean-Marc Montegnies qui filmait la scène. "Devant une action de désobéissance civile comme celle-là, on attend l'arrivée des forces de l'ordre qui mettent fin à l'action. Mais à Rodilhan, ces amateurs de spectacles sanglants n'ont pas attendu. Ils s'en sont pris à nos camarades qui manifestaient pacifiquement. Ils les ont traités avec violence, ils ont dénudé une des manifestantes".

Ce lundi, le président d'Animaux en Péril nous relatait les évènenents avec beaucoup d'émotions. Il ajoutait: "le plus dur, c'est évident pour les courageux qui étaient enchaînés et qui ont respecté la consigne. Ils sont restés pacifiques, ils n'ont pas répondu à la violence. Ils se sont comportés comme des animaux martyres. C'était fort. L'action la plus impressionnante jamais mise sur pied contre les corridas. Mais aujourd'hui, ils en payent le prix, ils sont psychologiquement très marqués".  

Une vingtaine de militants anti-corridas ont décidé de porter plainte pour "coups et blessures".