CRISE

Paul Magnette et le rattachisme: "plutôt l'Allemagne que la France"

-eda
Paul Magnette considère le rattachisme comme une hypothèse fort peu probable. Il a une idée étonnante originale à ce sujet.

Le rattachisme est une idée "lunaire" qui ne fait que "trois" adeptes en Wallonie, mais s'il devait en être question, la Wallonie a plus d'affinité avec l'Allemagne qu'avec la France en termes de culture politique, fait observer jeudi le ministre socialiste Paul Magnette au détour d'un entretien à La Libre.

Interrogé sur le fait que le PS planche sur un plan B pour la Belgique, Paul Magnette acquiesce en soulignant que ce n'est pas la préférence des socialistes francophones, mais qu'ils seraient accusés de manque de prévoyance s'ils ne le faisaient pas.

"Le plan B est de toute façon plus compliqué à réaliser que le plan A", souligne-t-il.

Et d'enchaîner sur l'idée du rattachisme: "quand je vois la situation en France, je comprends qu'il n'y ait plus que trois rattachistes en Wallonie", lance-t-il.

Paul Magnette juge "ridicule" de vouloir être rattaché à un pays qui, à ses yeux, "a une culture aux antipodes de la nôtre". Il parle à ce sujet de l'absence de culture de concertation sociale et de l'autoritarisme gouvernemental dans le dossier français des pensions.

"Il y a une rupture culturelle avec les Français. Si on doit se rattacher un jour, ce sera plutôt avec l'Allemagne. C'est plus dans l'intérêt industriel de la Wallonie", poursuit-il.

Paul Magnette relève en outre que l'Allemagne possède un système fédéral, proportionnel, fait des coalitions et entretient un bon système de concertation sociale.

"Mais bon... ce sont des idées complètement lunaires", relativise-t-il.

Belga