LEUZE-EN-HAINAUT

Sébastien Dupret (MR) mis à l’écart suite à une agression

Sébastien Dupret (MR) mis à l’écart suite à une agression

-Com

Dans la tourmente depuis la fin décembre, Sébastien Dupret ne figurera finalement pas sur la liste libérale aux prochaines élections.

Après l’agression dont Sébastien Dupret se serait rendu coupable, la position du candidat MR aux prochaines élections devenait difficilement tenable.

Pour rappel, M. Dupret avait eu une vive altercation avec un jeune Athois lors d’une soirée à la Cense de Rigaux (Forest), le 28 décembre dernier. Sa victime, salement amochée au visage, avait dû être recousue après avoir reçu un verre en pleine figure.

«Pas une sanction»

Près de trois semaines après les faits, les libéraux leuzois ont jugé qu’il était préférable que Sébastien Dupret, déjà présent sur les listes en 2012, ne soit pas candidat en octobre 2018.

Il ne s’agit pas d’une sanction, assure Hervé Cornillie, qui évoque une décision prise de commun accord dans l’intérêt tant du parti que de l’homme mis en cause. «Vu la tournure des événements et la volonté de certains d’en faire un incident politique, nous avons fait ce choix. Rester dans un tel climat n’était ni tenable pour le candidat ni pour notre groupe.

En totalement concertation avec Sébastien, qui prend toute la mesure de la situation, nous avons convenu qu’il ne soit pas candidat pour la sérénité des débats et pour qu’il puisse se défendre correctement. La Justice fera son travail», commente le chef de file MR.

Regrettant les amalgames dont son parti est la cible et qui «se retrouve impliqué dans cette tourmente», M. Cornillie maintient sa confiance sur le plan humain à Sébastien Dupret.

«Il ne mérite pas le lynchage dont il a fait l’objet. Mais les faits sont là et, en libéral, il en assume les conséquences. Je tiens à le remercier pour son action et j’aurai à cœur de reprendre ses projets pour le commerce, le stationnement et la mobilité en ville ».

Cette mise à l’écart n’est en aucun cas synonyme d’exclusion du MR, affirme la tête de liste au scrutin d’octobre 2018, qui a également une pensée pour la victime. «Force est de constater, sur le plan politique, que la campagne a déjà commencé mais je formule le vœu que les esprits s’apaisent. La situation ne nous laisse pas indifférents. Nous sommes sincèrement attristés par ce qui arrive à Monsieur Mourin et nous lui souhaitons un prompt rétablissement, à tous les niveaux