Dix articles pour nos abonnés à ne pas louper ce mardi

Dix articles pour nos abonnés à ne pas louper ce mardi

Pia Salvia, une jeune harpiste bruxelloise touche-à-tout. d

Une harpiste de talent; le courage d'une maman; les travaux du musée d'Ixelles; le parcours de Christophe pour devenir Mister tattoo... Voici une sélection des articles réservés à nos abonnés à découvrir ce mardi 16 janvier.

1

Magalie parcourt 360 km par jour pour conduire son fils trisomique à l’école

Magalie n’a pas trouvé de solution en province de Luxembourg pour son fils trisomique. Elle fait quatre fois Arlon – Bièvre par semaine.

Magalie Schwartz se bat pour créer une classe «inclusive» pour élèves handicapés de type 2 à Arlon. Une classe «inclusive» est une classe regroupant des élèves ayant besoin d’un enseignement spécialisé – c’est le cas de Yann, son fils de sept ans, trisomique – mais qui est intégrée dans un établissement scolaire ordinaire. Une enseignante spécialisée est accompagnée de logopèdes et de kinésithérapeutes pour mener à bien l’année scolaire. Cette approche permet à l’enfant de partager des moments de vie à l’intérieur de l’école avec les autres: la cour de récréation, la cantine, certaines activités, voire certains cours comme la musique. «En attendant, mon fils a trouvé refuge à Bièvre où il est merveilleusement encadré dans une classe de ce type, se console Mme Schwartz. Il y est parfaitement épanoui et fait des progrès notoires. Mais, je dois le déposer le matin à 90 km de chez moi, revenir sur Arlon pour m’occuper de ma maison et de mes deux grandes filles, puis repartir à Bièvre pour aller le rechercher. Ces 360 km par jour, c’est une vraie galère.»

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

2

Esperanzah, The Voice France, Berklee, New-York: l’incroyable ascension de Pia Salvia, jeune harpiste bruxelloise

La harpe mène à tout. C’est ce qu’a dû un jour penser Pia Salvia, une jeune harpiste bruxelloise touche-à-tout, au parcours déroutant. La demoiselle a un sourire enjôleur, mais surtout un talent incroyable. Alors que l’instrument qu’elle avait choisi dès son plus jeune âge la prédestinait à un répertoire classique, elle se retrouve désormais à faire résonner les cordes de sa harpe dans des styles de musique plutôt inattendus: jazz, pop, world music. Son parcours n’est pas sans surprises: alors qu’elle maîtrisait déjà la harpe et s’était produite sur de nombreuses scènes en Belgique et ailleurs, la jeune femme a obtenu une bourse au prestigieux Berklee College of Music, à Boston (USA).

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

3

Esperanzah! et FIFF bientôt partenaires?

Les recettes du bar du FIFF ont presque doublé en 2017 et un gros subside vient d’être confirmé. Mais la récolte de financements reste ardue.Vu les difficultés de décrocher des subsides et autres partenariats, le FIFF finalise en ce moment (entre autres) un dossier avec le festival Esperanzah!. Objectif: décrocher une aide de la Coopération au développement.Une manière d’unir les forces en ces temps moroses? «Nous pourrions chacun jouer de nos compétences et enrichir l’autre. Ils ont par exemple un volet projections auquel nous pourrions prendre part. Dans le cadre du FIFF, un volet musical pourrait être lancé.» Reste à voir si le projet sera accepté.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

4

Lutosa Leuze, ce «colosse» qui rayonne dans le monde entier

Dans un pays où la frite est reine, Lutosa ne connaît pas la crise. Sur ces dix dernières années, la Belgique a triplé ses volumes de ventes, consolidant son leadership au niveau mondial. Symbole de cette vitalité, l’usine Lutosa de Leuze, inscrite dans le giron du géant canadien McCain depuis 2013, tourne à plein régime. L’année 2018 célébrera les 40 ans de l’entreprise, mais elle marquera également la mise en route, en avril prochain, de la nouvelle ligne 4. Un projet d’envergure pour un investissement astronomique (100 millions d’euros) qui doit amener Lutosa à poursuivre son incroyable développement.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

5

A Bande, les potelets de la discorde

Bruno Huberty n'est pas content. Le commerçant de Bande (Nassogne), et membre de la minorité, n'est pas d'accord avec l'installation de potelets placés sur le petit chemin reliant son commerce (et la N4) au bas du village de Bande. Sur Facebook, Bruno Huberty a exprimé son mécontentement. " Comme vous pouvez le constater des poteaux ont été placés sur le petit chemin reliant mon commerce avec le bas du village de Bande, dans le but d’empêcher tout véhicule de l’emprunter. Ne pensez pas que la mise en place de ces poteaux est une décision de ma part..(...) Interrogé le bourgmestre ne comprend pas. "Nous avons organisé une réunion le 21 décembre, avec la police, les échevins, le district du MET et Bruno Huberty étaient présents, se souvient le bourgmestre. Il a marqué son accord et désormais, il fait un tapage sur les réseaux sociaux. Ce raccourci ne doit pas servir de bretelle sur la N4. Or, la police a constaté que l'usage qui était fait de ce chemin était dangereux au niveau de la sécurité. C'est navrant de se servir d'une question de sécurité pour faire un jeu politique."

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

6

Mister tattoo: la mue de Christophe Collard

Le candidat d’Andenne a décroché le titre de 1er dauphin lors de l’édition 2018 du Mister Tattoo Belgium 2018. Bilan d’un parcours atypique. Une maison sur les hauteurs d’Andenne. Un intérieur cosy où l’on adopte naturellement un rythme moins soutenu. C’est loin des strass et de l’ambiance fébrile de la finale que l’on retrouve Christophe Collard, l’un des 13 candidats senior, à convoiter le titre de Mister Tattoo 2018 dans sa catégorie. Derniers témoins de cette étape, disposés sur la table: son écharpe et les présents reçus des sponsors. Retour sur les premiers pas qui l’ont mené à la 2e marche du podium.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

7

Dinant: des ados «hameçonnés» par un pervers

Un pervers entre en contact avec des ados. À Dinant, on s’est rendu compte que plusieurs sont concernés.Les familles se sont rendu compte qu’un pervers entre en contact avec des adolescents, des garçons. Une plainte avait déjà préalablement été déposée, par les proches de l’un d’eux, mais il apparaît que l’hameçonnage via le réseau social Facebook a pris une ampleur inquiétante. Qui pourrait même dépasser la région dinantaise, l’enquête est désormais en cours.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

8

Cyril, successeur de Maréchal à «C’est vous qui le dites»: «Benjamin n’a pas fait d’erreur»

C’est donc Cyril Detaeye, 30 ans, qui va reprendre Le 8-9 et le débat de C’est vous qui le dites.

Pas vraiment une nouveauté pour l’animateur – arrivé sur VivaCité en provenance de Fun Radio en 2015 pour animer Le 5 à 7 – qui avait déjà joué les remplaçants quand Benjamin était absent. Ce choix implique pour Cyril qu’il abandonne la présentation de Quoi de neuf? qu’il animait entre 16 et 19 h et qui sera confiée à Olivier Gilain, animateur sur VivaCité depuis septembre 2009. La décision a été prise dans l’après-midi de dimanche, Éric Gilson n’arrivant pas à convaincre Benjamin Maréchal de rester encore quelques semaines.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

9

Le Musée d’Ixelles va fermer 3 ans pour rénovation: 5 questions qu’on se pose

Après les carcasses des abattoirs et les «ripailles» des bals des pompiers, le Musée d’Ixelles héberge désormais des Delvaux, Permeke, Ensor, Magritte ou Lautrec qu’on vient admirer depuis toute l’Europe. Sans parler d’expos événements comme «Pierre & Gilles» ou Doisneau en 2017. Il fallait rénover pour accueillir dignement les foules. Le chantier s’ouvrira en 2018. À quoi ressemblera le musée en 2021?Le musée va-t-il réellement «fermer» pendant 3 ans? Les œuvres vont-elles dormir durant les travaux? Découvrez le 5 questions qu’on se pose.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

10

Le Facebook de demain, entre idéologie et choix économiques

Mark Zuckerberg l’assure: Facebook va bientôt réduire la présence des marques et des médias sur les fils d’actualité de ses utilisateurs afin de rapprocher encore plus ses membres entre eux. Un choix «idéologique et commercial à la fois», selon Nicolas Vanderbiest, chercheur à l’UCL et spécialiste des nouveaux médias.

Dans sa lettre ouverte, postée jeudi dernier sur sa page Facebook, le PDG Mark Zuckerberg affirme vouloir privilégier le «bien-être» de ses deux milliards d’utilisateurs, tout en laissant entendre que cette décision va coûter de l’argent au géant californien. Une annonce qui fait écho aux vœux du fondateur du plus grand réseau social au monde qui, la semaine dernière, avait reconnu des «erreurs» et promis d’essayer d’y remédier en 2018. Autrement dit, Facebook devrait bientôt amorcer un nouveau virage qui risque notamment d’avoir de fortes conséquences pour les médias du monde entier.

+ À DÉCOUVRIR ICI