LIGUE 1

Bielsa déchu par le LOSC cinq mois après son intronisation

Bielsa déchu par le LOSC cinq mois après son intronisation

Bielsa a décidément du mal à s’installer dans la durée en France. AFP

Coup de tonnerre à Lille! Seulement cinq mois après son arrivée en grande pompe au Losc, l’entraîneur argentin Marcelo Bielsa a été écarté par le club nordiste, 19e et avant-dernier de Ligue 1 après 13 journées.

«Le LOSC a décidé ce jour de suspendre momentanément Marcelo Bielsa de sa fonction d’entraîneur dans le cadre d’une procédure engagée par le club», a indiqué la formation nordiste dans un communiqué laconique publié peu après 22h sur son site internet.

L’Argentin surnommé «El Loco» paie les mauvais de résultats de son équipe, 19e et avant-dernière de L1, après une ultime défaite cinglante lundi à Amiens, un autre mal classé (3-0).

Mercredi soir, ni le président Gerard Lopez, à l’origine de la venue de Bielsa dans le Nord, ni le directeur général Marc Ingla n’ont répondu aux sollicitations de l’AFP. L’attaché de presse du club a simplement indiqué qu’il n’y aurait «pas d’autre communication que celle déjà effectuée».

Marcelo Bielsa devait tenir jeudi à 17h00 GMT sa traditionnelle conférence de presse d’avant-match en vue du déplacement à Montpellier samedi. Le service communication du LOSC n’a pas été en mesure de dire si elle était maintenue.

Selon le quotidien sportif L’Équipe, une réunion entre les dirigeants lillois s’est tenue ce mercredi à Londres et la décision d’écarter le technicien a été prise à cette occasion. Des médias sud-américains ont eux avancé que Bielsa est parti au Chili au chevet d’un de ses anciens adjoints, Luis Maria Bonini, dit «Prof. Bonini», atteint d’un cancer, ce qui aurait précipité sa suspension.

Bras de fer

Bielsa a semble-t-il perdu le bras de fer qui l’opposait à Luis Campos, conseiller du président Lopez et officieux directeur sportif du LOSC. L’Argentin, qui a toujours nié être en froid avec le Portugais, ne supportait pas les interventions de ce dernier dans le domaine sportif.

Lille, qui a investi plus de 60 millions d’euros sur le marché des transferts cet été, réalise un début de saison catastrophique alors qu’il visait le Top 5, l’objectif donné par la nouvelle direction arrivée au début de l’année civile.

En 13 journées de Championnat, la formation nordiste a ainsi concédé sept défaites, pour seulement trois victoires et trois matches nuls, et elle pointe déjà à 11 longueurs de la cinquième place occupée par Nantes. Depuis début novembre, le Losc semblait pourtant sur la pente ascendante avec des prestations moins ternes et deux succès consécutifs à Metz (3-0) et face à Saint-Étienne (3-1), avant de sombrer piteusement lundi soir au stade de La Licorne.

Bielsa, qui a toujours assumé la responsabilité des mauvais résultats de son équipe, avait déclaré à plusieurs reprises qu’il ne renoncerait à son poste sous aucun prétexte. «Je ne démissionnerai pour aucune raison du LOSC, le mot n’est pas approprié mais je dirais que je suis amoureux de ce projet et je suis convaincu que cela va bien se terminer», avait-il notamment affirmé le 3 novembre.

Durant l’intersaison, le LOSC avait réalisé des travaux d’envergure au Domaine de Luchin, son centre d’entraînement, à la demande de Bielsa, qui avait souvent souligné n’avoir «jamais connu de si bonnes conditions de travail». Des bungalows avaient notamment été construits pour accueillir les joueurs et leur permettre de dormir sur place.

Lille, qui a complètement façonné son effectif pour coller au projet de jeu offensif d» El Loco», va désormais devoir trouver un nouvel entraîneur et rebondir rapidement pour ne pas s’enfoncer encore plus dans la crise.

Retour sur les 9 mois d’El Loco à Lille