Le Dour Festival va-t-il être délocalisé? Les organisateurs sont, selon le bourgmestre de Dour, Carlo Di Antonio, en train d'étudier l'implantation du site pour 2018, qui, selon Sudpresse, serait située ailleurs, au parc éolien de Dour-Quiévrain-Thulin.

La mobilité semble être à l'origine de nouvelles réflexions de la part des organisateurs du Dour Festival quant à l'implantation du site. L'emblématique Grande Machine à Feu à Dour, ancien charbonnage fermé au milieu des années 50, a vu naître l'événement musical dourois en 1988. Le succès exponentiel du Dour Festival, jadis organisé en grande partie sur les terres du club d'athlétisme local de Dour-Sports, a vu l'espace festif croître pour en arriver, en juillet dernier, à 242.000 festivaliers et 40.000 campeurs lors de la 29e édition.

La sortie de ce public avait causé de nombreux problèmes de mobilité au lendemain du festival 2017.

L'approche du 30e anniversaire du Festival de Dour laisse entrevoir, selon Sudpresse, des évolutions quant aux implantations des zones festives vers le parc éolien de Dour-Quiévrain-Thulin, là où avait déjà été organisé une grande partie du parking en juillet 2017. "Il n'y a toutefois aucune décision quant au site", indique Carlo Di Antonio, bourgmestre en titre de Dour et initiateur de l'événement. "Plusieurs schémas sont encore à l'étude. Mais quelle que soit la formule, le Dour Festival restera à Dour, même si une inversion des zones parkings, situées sur Thulin-Quiévrain en 2017, est toujours possible."