BRUXELLES

Des pop-up stores de créateurs et artisans dans la Petite rue des Bouchers cet hiver

La Petite rue des Bouchers n’est pas la plus avenante de l’hypercentre de Bruxelles.
La Petite rue des Bouchers n’est pas la plus avenante de l’hypercentre de Bruxelles. -Google Street View

On sait que la Ville de Bruxelles aime les pop-up stores. Ainsi, l’échevine du Commerce a lancé un festival, le «Pimp my Street», en plein Îlot Sacré.

Les espaces commerciaux actuellement vides de la Petite rue des Bouchers de Bruxelles vont être provisoirement occupés, du 23 novembre au 7 janvier, par des créateurs et designers belges, a annoncé jeudi Marion Lemesre, l’échevine bruxelloise des Affaires économiques. Le festival pop-up Pimp My Street, un événement inédit, s’inscrit dans une volonté de redynamiser le quartier de l’Îlot sacré.

Pendant sept semaines, les locaux vides de la Petite rue des Bouchers, située juste à côté de la célèbre rue des Bouchers, seront donc occupés par des magasins éphémères. Il s’agit au total de trois rez commerciaux simples et d’un grand espace commun où une dizaine d’entrepreneurs, qu’ils soient designers, artistes ou artisans de qualité, pourront exposer et vendre leurs produits.

«L’objectif est de redonner vie à cette charmante rue tout en valorisant des jeunes créateurs et marques belges, avec l’aide des propriétaires qui mettent gratuitement les cellules commerciales à disposition», explique Marion Lemesre.

Illuminé

Depuis plus d’un an, la Ville de Bruxelles multiplie les initiatives pour renforcer l’attractivité commerciale de l’îlot Sacré et inciter les Bruxellois à redécouvrir ce quartier, qui se trouve au coeur de la zone Unesco. Plusieurs voiries et façades ont ainsi été rénovées, le mobilier urbain a été harmonisé et de nouvelles enseignes ont reçu un soutien pour leur installation.

Cet hiver, le quartier sera en outre illuminé. La rue des Bouchers, la Petite rue des Bouchers, la rue des Dominicains ainsi que l’impasse de la Fidélité se verront en effet dotées de 24 abat-jour à cinq branches, ce qui permettra d’inscrire ces rues dans le parcours des visiteurs des Plaisirs d’Hiver.