L’échevin Laurent Harduin reprend des compétences d’Ann Cloet

 Laurent Harduin dit vouloir montrer l’exemple en ne cumulant pas. Il va donc mettre en suspens ses fonctions au Syndicat d’initiative et sa présidence de la Société de logement (ici, avec son directeur Laurent Meert).
Laurent Harduin dit vouloir montrer l’exemple en ne cumulant pas. Il va donc mettre en suspens ses fonctions au Syndicat d’initiative et sa présidence de la Société de logement (ici, avec son directeur Laurent Meert).-ÉdA – 301669279195

«Je deviens échevin dans des circonstances qui ne sont pas celles que j’espérais. Je sais que j’entre au collège à cause d’un moment tragique qui a secoué Mouscron.

J’aurais préféré refaire un bon score aux prochaines élections et prêter serment devant Alfred lors d’un moment plus heureux, confie Laurent Harduin. Les échevins ont travaillé afin d’assurer la continuité de la vie politique communale et ont décidé de m’y associer. On va continuer ce qui était en place et je suis honoré d’accepter cette fonction, même si un sentiment bizarre subsiste.»

Sous contrat au Syndicat d’initiative et président de la Société de Logement de Mouscron (c’est Didier Mispelaere qui reprendra cette dernière fonction), M. Harduin va se consacrer intégralement à ses nouvelles fonctions. «Dans le cadre de la bonne gouvernance, j’ai toujours prôné l’idée que les gens ne devaient pas trop cumuler. Il est donc logique que j’applique moi-même ce que je dis. Cela me fera toutefois mal au cœur de quitter des collègues et amis…»

Le lundi 2 octobre, lors d’une prestation de serment, Mouscron disposera donc d’un nouvel échevin. «On va me confier un échevinat assez léger incluant les services état civil, population et informatique dépendant d’Ann Cloet qui, elle, conserve la petite enfance, la famille, le culte et l’environnement tout en reprenant travaux bâtiments géré par Brigitte Aubert. Je vais aussi reprendre la présidence du pôle commercial et innovation, l’une des compétences du bourgmestre.»

Le voilà parti pour un an de travail… au moins. Le prochain scrutin décidera d’une prolongation ou non. «J’ai eu 3 ans et demi pour découvrir la Société de logement, développer de belles choses dont certaines qui se concrétiseront plus tard et je suis fier d’y avoir contribué. Je ne pensais pas que cette fonction allait m’intéresser autant, et pourtant! Je pense que ce sera la même chose avec cet échevinat. Il durera un an. C’est très court pour mener à bien des projets mais je suis heureux d’avoir ces compétences. Population et état civil sont des matières proches des gens tandis que les mariages permettront de partager de bons moments. Quant au pôle, c’est un beau challenge avec la Gestion Centre-Ville et les commerces. Alfred y avait déjà bien travaillé et on va vite reprendre le travail. Il ne faut surtout pas rester immobiles, surtout avec la future Grand-Place.»

Suivez notre page L'Avenir Wallonie Picarde sur Facebook