BRUXELLES

Prévenu de terrorisme, l’imam Mohamed Benajiba plaide l’acquittement

Prévenu de terrorisme, l’imam Mohamed Benajiba plaide l’acquittement

- Reporters

Me Nathalie Gallant, conseil de Mohamed Benajiba, a plaidé vendredi devant la cour d’appel de Bruxelles, la confirmation du jugement prononcé en première instance pour son client, soit l’acquittement.

Me Nathalie Gallant, conseil de Mohamed Benajiba, a plaidé, vendredi, devant la cour d’appel de Bruxelles, la confirmation du jugement prononcé en première instance pour son client, soit l’acquittement. Cet homme, qui était auparavant imam à la mosquée Ettaouba à Evere, est prévenu pour avoir participé aux activités d’un groupe terroriste en tant que dirigeant. Dans ce dossier, huit individus sont prévenus de terrorisme dans le cadre d’une filière d’envoi de combattants djihadistes depuis la Belgique vers la Syrie, entre fin 2012 et début 2014.

Me Nathalie Gallant a soutenu vendredi que la chronologie des événements démontrait que son client n’avait pas pu être à l’origine des départs de certains jeunes candidats djihadistes bruxellois entre 2012 et 2014.

Mohamed Benajiba est particulièrement suspecté d’avoir endoctriné ceux-ci et de les avoir incités à partir faire le djihad en Syrie, entre autres lors de ses prêches, qualifiés de très radicaux, à la mosquée Ettaouba à Evere.

«Les jeunes ont fréquenté la mosquée avant l’arrivée de mon client et ont continué à la fréquenter après son départ», a avancé l’avocate. «Il apparaît clairement dans le dossier que c’est Othman Akzinnay qui, dès 2010, a amené une partie de ces jeunes à la mosquée Ettaouba», a-t-elle précisé.

Proche des membres de Sharia4Belgium?

«Le parquet fédéral affirme aussi que mon client était proche de membres de Sharia4Belgium, dont Fouad Belkacem, et, pourtant, dans le dossier d’Anvers (le groupe Sharia4Belgium a été jugé par la justice anversoise en 2014 et 2015, NDLR), on ne trouve rien sur mon client», a poursuivi la pénaliste.

«Par ailleurs, concernant Najim Laachraoui, dont on connaît aujourd’hui les actes terribles, si mon client y avait été pour quelque chose dans sa radicalisation, vous pensez bien que la famille de celui-ci l’aurait déjà dénoncé. Or, il n’en est rien. Par contre, les rapports d’enquête affirment clairement que Najim Laachraoui était radicalisé depuis 2009 et que c’est un membre de Sharia4Belgium, cité dans les rapports, qui est la base de cette radicalisation», a soutenu Me Gallant.

La procureure Fabienne Laduron a, elle, requis jeudi une peine de 12 ans de prison à l’encontre de Mohamed Benajiba. Elle a rappelé que des fidèles de la mosquée Ettaouba s’étaient offusqués du fait que l’imam fréquentait des membres de Sharia4Belgium et qu’il prêchait une conception très rigoureuse de l’islam.

Dans ce dossier, huit individus sont poursuivis pour avoir été dirigeants ou membres d’une filière d’envoi de combattants djihadistes vers la Syrie entre fin 2012 et début 2014.

Certains d’entre eux, dont Othman et Mohamed Akzinnay ainsi qu’Ishak Ghennai, sont soupçonnés d’avoir endoctriné certains jeunes musulmans dans leur cercle de connaissances et de leur avoir apporté un soutien logistique en vue de leur départ en Syrie. Ils sont notamment suspectés de leur avoir fourni des numéros de téléphone de passeurs, de leur avoir donné de l’argent, de les avoir conseillés sur du matériel à acheter et de les avoir conduits à l’aéroport.

D’autres sont soupçonnés d’avoir, donc, rejoint la Syrie où ils ont séjourné dans une villa près d’Alep, rassemblant de nombreux candidats djihadistes provenant de Belgique. Parmi ceux-ci figurait Najim Laachraoui, l’un des kamikazes de l’aéroport de Zaventem en mars 2016.

Les plaidoiries se poursuivront jeudi et vendredi prochains.