BELGIQUE

Le parlement de Wallonie lance son premier panel citoyen

 Le parlement wallon a été pris d’assaut vendredi par des citoyens.
Le parlement wallon a été pris d’assaut vendredi par des citoyens.-BELGA

Trente citoyens de tous horizons ont lancé vendredi au parlement de Wallonie les travaux du premier «panel citoyen» initié par une assemblée parlementaire en Belgique. Ils sont appelés à se pencher sur les enjeux du vieillissement de la population en Wallonie aux horizons 2025-2045.

Cet exercice inédit de participation à la vie démocratique doit permettre à ces personnes, sélectionnées par un bureau de sondage pour refléter la population wallonne (genre, âge, profession, milieu social, origine territoriale), d’élaborer en quatre journées de travail une «déclaration consensus», sur laquelle les groupes politiques et le gouvernement wallon seront appelés à se positionner le 12 mai prochain.

Catherine, 68 ans, compte bien profiter de cette opportunité pour interpeller le politique sur le niveau, qu’elle juge trop faible, des pensions et du remboursement des soins de santé, deux éléments qui reviennent de manière récurrente dans la bouche des «panélistes».

Elle reconnaît que le parlement wallon n’est peut-être pas «l’endroit idéal» pour débattre de tous ces sujets, le Fédéral étant compétent pour de nombreux aspects. «Mais où voulez-vous aller le dire ailleurs? Manifester dans la rue, ce n’est plus de mon âge».

Étienne, 46 ans, fonctionnaire au SPF Finances, voit dans cet exercice une opportunité innovante, alors qu’«on reproche souvent aux politiques d’être déconnectés» des réalités de terrain. Il espère que le panel ne sera pas qu’un «effet de fumée». Le peu de temps laissé à cette première assemblée citoyenne lui fait craindre de ne pas pouvoir aborder la complexité de matières très diverses.

«Pour innover, être très créatifs»

«Pour moi, c’est une manière de rendre à la Belgique ce que ce pays m’a donné», confie Pascale, 63 ans, directrice des achats qui souligne son origine italienne. A ses yeux, le panel citoyen est là «pour innover, être très créatifs». Elle espère que ses collègues pourront s’ouvrir à ses suggestions sans se braquer, mais aussi «en revenir à la base: la dignité d’une vie humaine». L’inquiétude qu’elle éprouve pour l’avenir de sa fille et ses petits-enfants l’ont poussée à accepter l’invitation du parlement wallon.

«J’ai fait le lien avec le film ‘Demain’«, le film documentaire de Cyril Dion et Mélanie Laurent (2015), témoigne Cécile, 43 ans, assistante sociale sans emploi. Elle compte sur le panel pour «exprimer ce qui me tient à cœur, des aspirations que j’ai eues dans le travail et qui ont été bloquées par les aspects budgétaires». Si elle confie éprouver des difficultés à s’exprimer, elle n’en considère pas moins cette opportunité comme «un cadeau, même si le timing nous met sous pression, et que nous ne sommes pas sûrs d’avoir les connaissances pour entrer en profondeur dans les matières».

Trois enjeux principaux

Martin, étudiant de 38 ans, n’est pas sûr d’avoir entièrement confiance dans le politique pour donner suite au travail du panel. Il souligne son origine africaine pour insister sur la nécessité d’accompagner les personnes âgées en fin de vie, en les laissant au contact des jeunes, «sans les enfermer dans des maisons de repos». «Si on peut donner cela à réfléchir aux parlementaires, ce sera déjà un premier pas».

Les panélistes seront soutenu par un conseil scientifique constitués de professeurs d’universités spécialisés. Ils sont appelés à se prononcer sur trois enjeux principaux: le système d’aide et de soin, l’articulation au territoire proche et la réduction des inégalité, dans «un cadre budgétaire comprimé».