Maillen : Isabelle emballe avec ses sacs en lin durables

Psychothérapeute et coach dans une autre vie, Isabelle Deltour s’est mis en tête de se lancer dans la production de sacs réutilisables, durables et écologiques. Bag to Green était né.

LIRE AUSSI | Notre supplément complet

Voilà bien un exposant qui rentre bien dans le cadre de la thématique de l’édition 2016 de Nino. Bag to Green est issu de la technologie verte. L’idée est née en 2014, quand l’Europe a légiféré sur la suppression des sacs jetables en plastique.

Pour les remplacer par quoi? Isabelle Deltour a fait le tour de la question, se rendant vite compte qu’il n’y avait guère d’alternative écologique et durable. Alors, cette psychothérapeute a sorti sa machine à coudre. Neuf mois plus tard, elle sortait sa solution: le sac en fibres de lin, lavable et réutilisable, proposé en différents formats pour autant d’usages: pour le goûter, pour le pain, la baguette…

Aussi dur et pénible qu’un accouchement

Innover… Tout ne s’est pas fait en un claquement de doigts. « Ce fut aussi dur et pénible qu’un accouchement ,avoue-t-elle. D’abord, il fallait que je choisisse quelle matière utiliser. J’ai démonté pas mal de croyances sur les fibres écologiques de bambous, de coton ou les fibres d’ortie, qui subissent généralement des traitements très agressifs pour l’environnement. »Son choix s’est finalement porté sur la fibre de lin, plus écologique et locale car produite en Belgique et ne nécessitant que peu de traitements. Isabelle a ajouté une bonne pincée d’éthique en confiant la production de ses sacs à des entreprises d’insertion par le travail.

Ce qui caractérise l’innovation d’Isabelle Deltour? C’est d’abord qu’elle s’appuie largement sur le savoir des anciens. Nos ancêtres connaissaient les vertus de la fibre de lin. Encore fallait-il ensuite pouvoir proposer des produits qui puissent correspondre aux attentes du marché.

C’est le cas. Les sacs ont un look sympa, avec leur coloris vert tendre. La gamme est assez complète. Les sacs Bag to Green sont déjà disponibles à la vente dans une quinzaine de magasins, bio pour la plupart. La petite entreprise pourrait même gagner du galon. Elle vient d’être sélectionnée, en concurrence avec deux autres entreprises, pour le prix du développement durable par la Province de Namur. Verdict à la fin avril.

 

Au départ d’une fibre ancestrale, il a fallu tout inventer

Les premières applications du lin remontent à au moins 10 000 ans. C’était une des fibres de prédilection des Egytiens et, durant l’Antiquité, ils en firent un grand commerce.

Isabelle Deltour s’inscrit donc dans une tradition ancestrale, sans pour autant copier. Car utiliser la fibre de lin pour des usages alimentaires, là réside la vraie nouveauté.

«Le processus d’innovation a été difficile à mettre en œuvre dans le sens où rien de comparable n’existe sur le marché et qu’il n’y a pas de réglementation spécifique. Le laboratoire indépendant spécialisé en analyses chimiques et mécaniques a dû inventer les protocoles à partir d’autres matières existantes. »

Le rôle essentiel de la communication

À chaque étape, Isabelle Deltour a dû ouvrir des portes. «Et une fois que le produit est terminé, cela ne faisait que commencer. C’est un produit qui nécessite beaucoup de communication.

Pour les consommateurs et pour les commerçants, c’est un changement radical. En magasin, on ne prend plus gratuitement un sac en plastique ou en papier. Cela devient un acte responsable. C’est pourquoi chacun doit être convaincu que ce sac est non seulement pratique et sûr, mais aussi écologique et surtout éthique sur le plan sociétal.»

Un travail qui permet à Isabelle de mettre ses talents de coach en avant.