-

Tournai: en creusant un égout, ils trouvent un souterrain

Lors de travaux visant à redimensionner les chambres de visite d'un égout central à la rue de la Citadelle, à Tournai, les ouvriers ont percé la voûte d'un souterrain. Un ouvrage sans doute signé Vauban...

En creusant, ce lundi à l’angle des rues de la Citadelle et de Barges, les ouvriers de chez Colas ont percé la voûte en pierre d’un souterrain. Président des Amis de la Citadelle de Tournai, Pol Baudru, s’est rendu sur place mais n’a pu pénétrer dans la galerie, l’accès étant obstrué par un pieu métallique.

Celui-ci pourrait être dégagé dans les prochains jours et l’on pourra alors déterminer si l’on se trouve ici face à une galerie hollandaise déjà connue et qui va rejoindre la contre-escarpe en passant sous les rues de la Citadelle et Vauban ou s’il s’agit d’un ouvrage plus ancien et méconnu, réalisé par les Français sous Louis XIV. Les deux hypothèses sont vraisemblables, sachant que les Hollandais ont récupéré une bonne partie des galeries françaises existantes pour réaliser leurs propres ouvrages.

Cette découverte a été réalisée alors que l’entreprise Colas s’attaque ici à l’égouttage, et plus précisément aux chambres de visites placées au milieu de la voirie. Les anciennes chambres, de forme circulaire, sont, en effet, trop petites pour permettre le passage d’un homme. Leur redimensionnement doit permettre de remédier à ce problème tout en offrant la possibilité d’effectuer l’analyse endoscopique du tronçon d’égout situé entre le carrefour Citadelle et le boulevard Albert afin d’envisager les actions nécessaires à la remise en état de l’ouvrage.
Ces travaux précèdent la troisième phase du chantier qui concernera quant à elle la rue de Barges.
Comme pour les autres rues d’ores et déjà refaites, on en profitera pour réaménager ici  la voirie en installant une bande centrale réservée aux bus dans la portion comprise entre la rue de la Citadelle et le boulevard.
Enfin, une fois la voirie terminée, de nouvelles essences d’arbres seront plantées.
La toute dernière phase des travaux consistera à poser le recouvrement final sur l’ensemble des voiries concernées.
Rappelons que ces travaux sont le fruit d’une collaboration entre la Ville, la Région wallonne, la SRWT (qui gère notamment les TEC) et la SPGE (pour l’égouttage).
Tous ayant apporté leur écot pour rassembler la somme de 2 millions d’€ permettant de couvrir le coût des travaux

Suivez notre page L'Avenir Wallonie Picarde sur Facebook