TRAFIC

300 automobilistes flashés en 1h à Liège: «C’est vraiment beaucoup»

Un radar mobile a abondamment flashé le 17 octobre dernier, à hauteur du chantier de la clinique du MontLégia, à Burenville.
Un radar mobile a abondamment flashé le 17 octobre dernier, à hauteur du chantier de la clinique du MontLégia, à Burenville.-Belga

Un radar installé voici quelques jours à Burenville a abondamment flashé: 300 véhicules en 1 heure. «C’est énorme», concède Michaël Jonniaux, directeur de la police de la route.

Un radar mobile a été installé à peine une heure au niveau de l’A602 à Burenville, à hauteur du chantier de la nouvelle clinique du CHC. Les automobilistes respectaient tellement peu la limitation à 70 km/h qu’il a flashé près de 300 fois, soit une fois toutes les 12 secondes en moyenne, rapporte SudPresse ce matin.

Ces statistiques semblent énormes, ce que nous confirme le directeur de la police fédérale de la route, Michaël Jonniaux. «Un radar fixe ne flashe jamais autant. Avec un radar mobile, on peut atteindre 200 flashs à l’heure, au niveau de certains chantiers. Mais 300, c’est vraiment beaucoup. C’est peut-être lié au fait que le radar ait été placé un samedi, durant la nuit», explique-t-il. Soit à un moment où les automobilistes prêtent peut-être moins attention aux limitations liées aux chantiers.

Et pourtant, les dangers d’une vitesse excessive sont bien réels. «Il y a des personnes qui travaillent sur les chantiers et qui se trouvent parfois très près des voitures. Et même si c’est la nuit, des engins de chantiers s’y trouvent encore», insiste Michaël Jonniaux. «Je rappelle aussi qu’en cas d’accident sur une zone en chantier, l’impact sur le trafic est directement important, le nombre de bandes étant souvent réduit.»

La zone de travaux en question, à savoir l’A602 entre Burenville et Ans, nécessite vraiment une limitation de vitesse, «d’une part parce qu’il n’y a momentanément pas de bande d’arrêt d’urgence, d’autre part parce que le rail de sécurité a été retiré. Or, il y a là un ravin de 40 mètres de profondeur. Vous imaginez ce qu’il peut se passer en cas d’accident…»

Depuis ce vendredi, la limitation de vitesse a été ramenée à 90 km/h. Cette mesure, soit dit en passant, ne nécessite pas un freinage particulier des automobilistes, puisqu’ils proviennent du tunnel de Cointe et du long tronçon à 80 km/h. «On passait de 80 à 7 km/h, tout simplement. À présent, c’est de 80 à 90 km/h.»