SOCIAL

Une assurance pour les aidants proches

Une assurance pour les aidants proches

Un aidant proche peut s’abîmer le dos ou endommager de l’équipement médical coûteux en intervenant auprès de son parent. L’assurance familiale, non-obligatoire, ne couvre pas toujours. Studio DER – Fotolia

Les aidants proches bénéficieront bientôt d’une assurance spécifique pour les couvrir en cas d’accident, annonce Kris Peeters.

Un aidant proche peut s’abîmer le dos ou endommager de l’équipement médical coûteux. L’assurance familiale, si elle a été prévue, n’interviendra pas toujours. Les aidants proches remplissent nombre de tâches: dispense de soins, soutien affectif, prise de contact avec les médecins et hôpitaux… Des accidents peuvent se produire. Ils ne sont pas toujours couverts.

Ces personnes, souvent âgées elles-mêmes, qui s’occupent de leurs aînés ou d’un proche atteint d’un handicap lourd, sont de plus en plus nombreuses dans notre société.

Attentif à leur situation, le ministre en charge de la Protection des consommateurs (CD&V), Kris Peeters s’est concerté avec le secteur des assurances pour qu’un contrat d’assurance spécifique existe pour toutes ces personnes.

Différentes compagnies (les assurances KBC, Belfius Insurance et les assurances Ethias) se sont déclarées prêtes à rédiger un contrat d’assurance aidants proches. Cette assurance couvrira la responsabilité, les dommages corporels et les dommages à l’équipement médical utilisé dans le cadre des soins apportés par un aidant proche.

La protection juridique est également proposée dans le paquet d’assurances. Une telle assurance pourra être conclue à condition que la personne qui apporte les soins à l’un de ses proches soit enregistrée en tant qu’aidant proche auprès d’une des sept organisations habilitée en Belgique.

«L’engagement des aidants proches est indispensable dans une société chaleureuse. Ils méritent tout notre soutien. C’est la raison pour laquelle j’ai entamé les discussions sur la mise en œuvre d’une assurance pour les aidants proches, explique le ministre Peeters. Jusqu’à présent, il était très difficile d’assurer les accidents corporels qui peuvent survenir à la personne nécessitant des soins ou à l’aidant lors des soins apportés. Désormais cela devient possible».