ASSISES LIÈGE -

Ihsane Jarfi, victime d'un crime qu pourrait être homophobe

Les quatre accusés du meurtre d’Ihsane Jarfi seront bientôt devant les assises de Liège.
Les quatre accusés du meurtre d’Ihsane Jarfi seront bientôt devant les assises de Liège.-

La Cour d’assises de Liège débutera ce mercredi à 14h par la constitution du jury pour le procès des quatre accusés de l’assassinat d’Ihsane Jarfi.

+ Le père d’Ihsane Jarfi: «Les actes homophobes, c’est la dérive de l’ignorance, de la connerie»

Ihsane Jarfi, Liégeois âgé de 32 ans, avait été tué le 22 avril 2012. Mutlu Kizilaslan, Jérémy Wintgens, Jonathan Lekeu et Eric Parmentier sont suspectés de l’avoir tué parce qu’il était homosexuel.

Ihsane Jarfi avait disparu la nuit du dimanche 22 avril 2012 lors d’une soirée festive dans le centre de Liège. Il avait fréquenté «l’Open Bar», un night-club ouvert à tous mais fréquenté essentiellement par des homosexuels. Son corps avait été retrouvé le mardi 1er mai 2012 dans la région de Tinlot. Ihsane Jarfi, dénudé, reposait à proximité d’un pylône à haute tension au bout d’un chemin de terre boueux.

Ihsane Jarfi avait été victime d’une scène extrêmement violente. Son corps présentait de nombreuses lésions résultant de coups de poings et de pieds répétés. L’autopsie avait démontré un écrasement de la cage thoracique, un écrasement cervical et des traces de coups portés avec acharnement à la tête, au thorax et à l’abdomen. Abandonné alors qu’il était toujours en vie, Ihsane Jarfi a souffert d’une agonie prolongée.

Une autre affaire dans l’affaire

Le soir de sa disparition, les clients de «l’Open Bar» l’ont vu monter à bord d’une VW Polo dans laquelle se trouvaient déjà quatre personnes. Cette voiture s’était immobilisée devant le night-club et, après avoir discuté avec les occupants, Ihsane Jarfi y serait monté volontairement.

Les recherches et l’enquête de téléphonie ont permis d’identifier Mutlu Kizilaslan (30 ans), Jérémy Wintgens (30 ans), Jonathan Lekeu (25 ans) et Eric Parmentier (36 ans). Après être monté à bord du véhicule, Ihsane Jarfi aurait tenu des propos à caractère homosexuel qui auraient déplu aux accusés. Ihsane Jarfi a ensuite été roué de coups par les occupants à tour de rôle. La victime a ensuite été déshabillée, humiliée et obligée de prendre place dans le coffre de la voiture. Ihsane Jarfi a été abandonné agonisant à l’endroit où son corps a été retrouvé.

Mutlu Kizilaslan, Jérémy Wintgens, Jonathan Lekeu et Eric Parmentier sont accusés d’avoir assassiné Ihsane Jarfi mais aussi d’avoir commis ce crime avec la circonstance aggravante d’homophobie. Ils sont également accusés de vol avec circonstance aggravante de meurtre, de tortures, de traitements inhumains et dégradants et de séquestration avec circonstance aggravante d’homophobie.

Jérémy Wintgens et Jonathan Lekeu répondront d’un deuxième contexte de faits après l’agression en octobre 2011 d’un handicapé mental âgé de 60 ans, embarqué de force dans une voiture pour être roué de coups et dépossédé de ses objets de valeur.

Devant la cour d’assises de Liège, l’accusation sera soutenue par l’avocat général Marianne Lejeune et par le substitut Murielle Radoux. Les débats seront présidés par Philippe Gorlé. Le procès devrait s’étaler sur quatre semaines entières. Le procès débutera ce mercredi à 14h par la constitution du jury. Les débats au fond sont programmés à partir du lundi 24 novembre à 9h.

La fondation Ihsane Jarfi

Avec le concours de l’ensemble du monde politique, culturel et associatif liégeois, la Fondation Ihsane Jarfi a officiellement vu le jour ce 6 février, date d’anniversaire d’Ihsane Jarfi. Présidée par Bernard Thiry (par ailleurs président du comité de direction d’Ethias), elle visera à lutter contre toutes les formes de discrimination, en particulier celles qui relèvent de l’homophobie.

Depuis qu’il a choisi d’œuvrer contre l’homophobie, le père d’Ihsane, Hassan Jarfi, a rencontré de nombreux jeunes au sein des écoles qu’il a visitées. La jeunesse sera d’ailleurs l’un des publics cibles de la nouvelle fondation, par le biais des institutions culturelles qui en font partie notamment.