GESVES-OHEY

Pas d'éoliennes sous le sapin

Il ne devrait pas y avoir d'éoliennes entre Gesves et Ohey. Le ministre André Antoine l'a confirmé par arrêté ministériel, le lendemain de Noël.

Le 27 d écembre, l'arrêté de refus du permis unique sollicité par le promoteur Windvision pour l'implantation de 12 éoliennes entre Gesves et Ohey a été pris par le ministre compétent.

Le dossier prend donc une tournure qui pourrait être décisive. C'est au milieu du mois de novembre 2005, donc il y a plus de deux ans qu'a eu lieu la première étape de ce long dossier. La population avait été informée du projet introduit par la société Windvision. Études d'incidence, demande de permis, enquête publique, avis du collège communal, attitude de la Région wallonne, le processus était en cours. Après le refus du permis unique par les fonctionnaires de la Région wallonne, un recours a été introduit par le promoteur en août, auprès du Ministre du Développement territorial. Sa décision, négative, est maintenant connue.

Une première réaction, logique, vient du groupe Écolo de Gesves qui «constate que la décision du ministre est principalement motivée par le refus des permis de modifications de voiries communales sollicités par Windvision auprès des communes de Gesves et d'Ohey.

Même si les arguments à la base de ces refus de permis de modification de voiries peuvent paraître bien légers par rapport à l'intérêt environnemental du projet, poursuit le communiqué d'Écolo, nul ne peut plus revenir sur cette décision, pas même le Ministre.

Afin de ne pas laisser au monde politique communal la responsabilité pourtant évidente de ce regrettable gâchis, le Ministre remet également en cause la lisibilité paysagère du projet», dit encore le communiqué Écolo.

Où sont les intérêts ?

La locale Écolo «déplore que les autorités communales de Gesves et de Ohey aient manqué de courage politique en privilégiant les intérêts particuliers à court terme aux dépens de l'intérêt public et d'une saine gestion de notre environnement à long terme!»

Pour les Verts, le projet de parc éolien reste une opportunité formidable pour aider au développement socio-économique des communes rurales. C'est un pas en avant dans l'implication au processus d'un monde durable et la prise en charge des responsabilités vis-à-vis des générations futures. Les Écolos gesvois souhaitent que pour l'année 2008, «la commune privilégie l'intérêt général et la solidarité»

Autre son de cloche, côté majorité. Le bourgmestre José Paulet estime que la décision ministérielle est conforme à la décision du collège communal et à l'avis d'une grande partie de la population. Il pense que la position de la société Windvision n'est pas uniquement écologique, mais bien à la recherche de la rentabilité.

Le maïeur ne se dit pas nécessairement opposé au principe des éoliennes mais estime qu'il y a d'autres endroits (en mer par exemple) et qu'il ne faut pas en arriver à défigurer les paysages. Il ne resterait éventuellement plus qu'une seule étape à franchir, celle d'un recours auprès du Conseil d'État. Celui-ci se pencherait sur la forme et non sur le fond. Nous n'avons pu connaître les intentions de la société Windvision à ce sujet.