huy

Violentes bagarres à la discothèque

Un groupe d'amis a été sérieusement molesté par le service de sécurité de l'Euphoria. Agression gratuite, disent-ils. Ils ont déposé plainte.

Il s'en souviendra de son ré veillon de 2007, Anthony Maillard! Avec ses copains, le Hutois de 25 ans l'a achevé aux Urgences du CHR de Huy puis au commissariat de la zone de police Meuse-Hesbaye où il a déposé plainte. Une plainte dirigée vers les sorteurs de la boîte de nuit l'Euphoria, à Solières.

C'est là qu'avec quelques amies et amis il faisait la fête de l'an nouveau. Jusqu'à ce qu'il se fasse mettre dehors sans ménagement par les membres du service sécurité de la discothèque hutoise... Pour quelle raison? Aucun valable, assure le jeune homme qui, hier, était encore sous le choc de ce qu'il qualifie d'agression gratuite.

«Un type est arrivé vers nous et ma copine qui dansait l'a légèrement bousculé sans le faire exprès», raconte-t-il. Ce «type», c'est un des sorteurs. Ce que le petit groupe d'amis ignore encore. Aucun signe distinctif ne permet d'ailleurs de le supposer, dit Anthony Maillard. Entre la copine et le sorteur, la discussion s'engage et s'échauffe. Son copain veut alors intervenir et les choses dégénèrent. Bousculades, cris et coups. «Je ne comprenais pas ce qui arrivait, raconte Anthony Maillard. Il me tirait en m'étranglant pendant que trois autres gars me frappaient dessus. Moi je criais après les sorteurs pour qu'ils interviennent...» Mais les sorteurs, c'étaient précisément ceux qui l'emmenaient! Jeté dans les escaliers de la sortie, le jeune homme souffre de multiples hématomes au visage et derrière l'oreille. Ses copains et copines qui sont intervenus pour le secourir ont eux aussi été molestés. «J'ai retrouvé un de mes copains dehors, inconscient. On lui avait shooté dans le visage.» Les filles, elles, ont reçu quelques gifles, dit-il aussi.

«C'était totalement gratuit comme agression, indique Vincent Bodart, un des amis, qui s'est aussi fait mettre dehors sans ménagement. Son frère, Pierre, a, lui, été blessé au genou tandis qu'un autre ami de Namur, Jonathan Brasseur, a aussi reçu des coups de la part des sorteurs. Anthony est intervenu pour aider sa copine et eux ont frappé et nous ont jetés dans les escaliers. Il n'y avait vraiment aucune raison de réagir comme cela!»

«S'ils m'avaient dit qu'ils étaient les sorteurs et que je devais partir, je serai évidemment sorti tout de suite, même si ce n'était pas logique, explique Anthony Maillard. Mais ils n'ont rien dit et ont juste frappé!»

Pour la police de Huy, le commissaire Bernard Degrange a eu connaissance des bagarres à l'Euphoria. Ses services y sont d'ailleurs intervenus plusieurs fois durant la soirée. Mais pour ne pas être allé sur place personnellement, il n'en connaissait pas les détails. Quant au responsable de la discothèque, nous ne sommes pas parvenus à le joindre hier. Cette affaire ne devrait toutefois pas rester sans suite puisque les clients mis dehors et molestés ont déposé plainte.