Centre de tri : à Mont-St-Guibert mais lentement

L'Intercommunale du Brabant wallon va devoir choisir l'endroit de son futur centre de tri des déchets. On se dirigie vers Mont-Saint-Guibert.

Le centre de tri des déchets. Voilà un dossier qui n'est pas facile à finaliser. L'Intercommunale du Brabant wallon (IBW) se casse la tête depuis des mois, voire des années, en tentant de trouver le terrain idéal pour ce centre. Longtemps, l'IBW a tenu à l'installer à Corroy-le-Grand en bordure de la E 411. Les résistances locales et les élections ont eu raison de ce projet.

Résultat? Retour à la case départ puisque le centre de tri est à nouveau imaginé à Mont-Saint-Guibert, au fond de la sablière. C'en est devenu un secret de polichinelle puisque toutes les tendances politiques semblent sur la même longueur d'ondes.

Mais un secret de polichinelle reste un secret. À l'IBW, on préfère rester discret sur les tractations en cours avec Shanks. «Je n'ai pas de nouvelles» se contente de signaler Claude Pasture, directeur de l'IBW. Le gestionnaire du centre d'enfouissement de Mont-Saint-Guibert installera aussi un centre de tri dans le fond de la sablière. À la différence que Shanks, lui, a déjà son permis.

Dans son plan stratégique 2008-2010, l'IBW se borne à noter qu'elle «espère une décision collégiale rapide». De fait, il ne faut plus trop traîner : les travaux devraient durer dix-huit mois. Mais avant cela, il faut obtenir permis et subsides et lancer un appel d'offres. Bref, même en faisant au plus vite, ce sera tout de même trop tard : dès le 1er janvier 2010, la mise en décharge des encombrants ménagers sera complètement interdite. Il faudra donc les amener à Virginal pour les incinérer. Mais faire voyager chaque camion poubelle jusqu'à Virginal est impensable, économiquement et écologiquement parlant. Dès le 1er janvier prochain, les ordures ménagères seront interdites mais des dérogations seront possibles.

Une structure provisoire

à Perwez

En attendant le centre de tri, l'intercommunale va prévoir un ou plusieurs centres de transfert provisoires. À ces endroits, les petits camions poseront leurs déchets dans des semi-remorques qui prendront la route de Virginal. «J'ai proposé qu'une de ces structures transitoires soit installée à Perwez, annonce André Antoine. Car on ne peut pas se retrouver sans rien quand la mise en décharge sera complètement interdite.»

L'équation est donc claire et connue depuis des mois : les travaux doivent impérativement commencer avant le 1er juillet 2008. Il y a urgence : la décision sur la localisation ne peut plus attendre. D'autant que l'intercommunale a épuisé son lot d'excuses : plus d'élections en vue (enfin, normalement...), une assemblée générale renouvelée et donc capable de prendre des décisions importantes. Reste à finaliser les négociations avec Shanks. Ou trouver un autre endroit, encore. Une possibilité que peu jugent encore sérieuse.