ARLON

Un rayon de soleil dans la maison

À Arlon, une trentaine d'aides familiales travaillent sur la commune. À travers leur métier, elles rendent divers services aux usagers.

Aide familiale, voilà un métier qui est parfois mal connu. À Arlon, il existe un service d'aide familiale. Il fait partie de l'aide et soins à domicile (ainsi que les aides ménagères notamment). On y retrouve une trentaine d'aides familiales ainsi que cinq aides ménagères.

Claudine Lahier est assistante sociale, elle gère une équipe de quinze aides familiales. Parmi celles-ci, cinq se rendent régulièrement chez Charles Simon. Cet Arlonais a fêté ces 100 ans dernièrement et le service a voulu le mettre à l'honneur.

Mais en quoi consiste le métier d'aide familiale ? En fait, les tâches de l'aide familiale sont très variées : cela va de la toilette de la personne, en passant par les courses, le repassage, l'entretien courant de la maison, l'éducation des enfants, l'aide pour l'administratif, à la compagnie aux personnes,...

«La plupart des personnes que l'on dépanne sont des personnes âgées, explique Claudine Lahier. Je dirais qu'il y a au moins 80 % de personnes âgées et 20 % de familles. On peut avoir des demandes de personnes malades, de personnes âgées seules, pour des grossesses, une famille suite à une demande du service d'aide à la jeunesse,... Quand la demande est justifiée, on prend. » Elle ajoute encore : « On s'occupe aussi des personnes en fin de vie. » Et Marie-Thérèse Trum, aide familiale, de dire : « Quand on fait des soins palliatifs, on est suivi par un psychologue. La perte des personnes que l'on suit, c'est le plus difficile pour nous. » Ainsi, cette équipe de 15 aides familiales voit environ une centaine de personnes sur une semaine.

Elle travaille sur l'entièreté de la commune d'Arlon. Une aide familiale voit parfois jusqu'à 4 ou 5 usagers sur la même journée. Et la journée la plus chargée, c'est le vendredi. En effet, les aides familiales travaillent la semaine, en général de 8 h à 16 h. Le vendredi, il s'agit donc de préparer le week-end (les repas par exemple).

Et bien sûr, on ne s'improvise pas aide familiale. Il existe une formation spécifique comme par exemple celle proposée par la promotion sociale. De plus, les aides familiales sont formées à raison d'une trentaine d'heures par an. Il s'agit de formations sur des thèmes divers : les nouvelles maladies, la manipulation des personnes, le matériel technique, la gestion du stress.