SOCIAL

« Stop à la chasse aux chômeurs ! »

-(photo EdA)
Triple action symbolique que celle réalisée par la FGTB, hier avant midi à Arlon ! En résumé : faites la chasse au chômage, pas aux chômeurs.

Depuis 2004, l'Onem contrôle la disponibilité des chômeurs et chômeuses. À cela s'ajoutent les exclusions temporaires, etc.

Pour la FGTB : trop, c'est trop ! Il ne faut pas que les chômeurs disposent d'un blanc-seing, c'est certains, mais il n'est pas question de les rendre coupables de la crise.

En une phrase : « Faites la chasse au chômage, pas aux chômeurs ! » Placé dans la bouche d'Olivier Van Goethem (Athus), président de la Commission régionale des travailleurs sans emploi de la FGTB, le slogan devient celui-ci : « Avant j'étais victime du chômage, maintenant, je suis coupable d'être au chômage ! » C'est dire !

Rasage gratis et noeuds papillons

D'où cette triple action syndicale et symbolique qui s'est déroulée, hier avant midi, au siège de la FGTB à la rue des Martyrs à Arlon.

Le premier coup de canif porté par la FGTB est pour le PS et plus précisément pour son président Élio Di Rupo. Pressé de s'expliquer et d'exposer l'attitude du PS par rapport à cet accompagnement des chômeurs qui débouche sur des exclusions, le président du PS a déclaré, au début du mois de février : « Il ne faut pas donner l'impression que demain on rase gratis. » Bref, la FGTB Luxembourg veut une position claire du PS, d'autant plus que le Comité fédéral du PS luxembourgeois a décidé de soutenir l'initiative portée par la FGTB wallonne relative à la politique d'accompagnement des chômeurs.

« Nous demandons, une position claire de la part du PS », lance Joël Thiry, secrétaire régional de la FGTB.

Raison pour laquelle trois personnes se rasaient et portaient un grand noeud papillon devant les locaux de la FGTB, en référence à Élio Di Rupo..

Le tableau de chasse provincial

Deuxième action : sanglier, et cors de chasse ! On présente le tableau de chasse de l'Onem pour 2009. Au 1er décembre 2009, on dénombrait 13 122 chômeurs dans le Luxembourg (un millier de plus qu'un an plus tôt), tandis que le FOREM ne proposait que 542 offres d'emploi.

L'Onem a donné un avertissement à 3 498 demandeurs d'emploi, a sanctionné 512 personnes, et 223 ont été exclues du chômage. Elles sont au CPAS.

Voilà pour le tableau de chasse de l'Onem. « Et dans ces sanctions et exclusions, ce sont les plus fragilisés, les plus démunis qui se retrouvent au CPAS » remarque Joël Thiry.

Le capitalisme a besoin des chômeurs

Troisième coup de canif : le déploiement d'un calicot géant de 8 m sur 5 m, sur la façade du nouveau bâtiment de la FGTB, avec cet intitulé : « Pour maintenir les bas salaires, le capitalisme a besoin des chômeurs. » Bref, actifs et non-actifs sont dans la même galère ! Le capitalisme se sert du chômage pour mettre la pression sur les actifs et tirer l'ensemble vers le bas, dit en substance Joël Thiry. Vers le bas, tant en matière de salaires que de conditions de travail. Malgré la crise, la leçon n'aurait pas été retenue.

Voilà pour cette triple action symbolique. Elle s'inscrit dans le cadre de la campagne « Les lundis pour l'emploi ». Un rendez-vous que fixe la FGTB, tous les 4es lundis du mois.

Mais ce n'est pas tout : le 1er mars, la FGTB Luxembourg rejoindra la FGTB wallonne à Bruxelles pour y rencontrer M. Di Rupo et tant qu'à faire, puisqu'elle est à Bruxelles, elle s'arrêtera aussi chez Joëlle Milquet, la ministre de l'Emploi.