ORTHOGRAPHE

Dictée du Balfroid, 3e dictée: Quelques conseils en or...

On se concentre.
On se concentre.-
Cette troisième dictée préparatoire aux demi-finales du Balfroid va vous mener plus loin dans votre analyse.

Les déterminants ou les pronoms démonstratifs

Les déterminants et les pronoms démonstratifs sont proches, mais n'ont pas la même fonction.

Les deux cas se présentent dans cette nouvelle dictée :

- « C'est le plus beau cadeau » : C' égale cela ou ceci. Il est élidé parce qu'il se trouve devant une voyelle. Ce « C' » se trouve devant un verbe.

- « Cet or pur » : cette fois, le « cet » détermine le nom or. Au féminin, il fera « Cette palette » et au pluriel « ces bois ». Cette forme se présente uniquement devant un nom masculin singulier commençant par une voyelle.

Quelques singularités

- « les arbres s'habillent de neuf » égale avec des choses neuves ; à ne pas confondre avec l'an neuf (9), déterminant numéral.

- « arrière-saison » égale la fin de l'automne ; au pluriel, les arrière-saisons parce que son nom composé est formé d'un mot invariable et d'un nom qui, lui seul, prend la marque du pluriel.

- « scintillants », adjectif verbal, car il peut être remplacé par un autre adjectif qualificatif « des lustres superbes », par exemple et puis, un autre verbe conjugué le suit. Pour être participe présent, on aurait pu écrire « des lustres scintillant (qui scintillent) comme le cristal ».

Le subjonctif présent

Le subjonctif présent est pratiquement le seul employé dans mes dictées.Parfois, il n'y a aucun doute sur ce mode et ce temps : « que l'on puisse » ; mais il se peut et c'est là le piège qu'il s'agisse d'un verbe en -oir ou en -re pour qu'on confonde le présent de l'indicatif et le présent du subjonctif : « Il faut que je voie ton professeur » et « Je vois ton professeur ce soir ».

Les adverbes et leurs modalités

Un adverbe modifie le verbe, l'adjectif ou un autre adverbe, mais jamais un nom. Il est toujours invariable. - Il y a des adverbes simples : « plus beau » ou « plus clair », « plus sombre » : plus modifie l'adjectif qui le suit ; « partout », adverbe de lieu, modifie fuse.

- Les adverbes qui se forment en « -ment » sont légion ; on prend le féminin de l'adjectif d'où il vient et on y ajoute « ment » : « spécial - spéciale - spécialement » ; « royal - royale - royalement » ; « inlassable » donne « inlassablement ».

- Il existe évidemment des exceptions : « vrai » fait « vraiment », « posé » fait « posément », « poli » fait « poliment », « ingénu » fait « ingénument », « assidu » fait « assidûment » (assidument), « commode » fait « commodément », etc.

- Une mention particulière en « -amment » ou « -emment » ; ils correspondent aux adjectifs qualificatifs en « -ant » ou « -ent » : « puissant - puissamment » ; « prudent, prudemment ».

Encore deux dictées pour vous entraîner (entrainer) avant la première épreuve.

Bon travail.

(La nouvelle orthographe est ici précisée entre parenthèses.)



Un dôme de pièces d'or



Quand revient l’automne, les arbres s’habillent de neuf. Des pièces d’or suspendues en des lustres scintillants frémissent, rondes comme des soleils. C’est le plus beau cadeau d’arrière-saison que l’on puisse imaginer. Cet or pur qu’entoure la verdure jamais démentie des sapins ardennais est une véritable merveille.

Un week-end (weekend) au milieu des bois colorés, spécialement par beau temps, vous aura convaincu de la beauté naturelle de nos forêts. La palette harmonieuse varie du plus clair au plus sombre. Le pourpre des hêtres tranche royalement parmi les tons dégradés des autres arbres. L’explosion de joie fuse de partout et se renouvelle (renouvèle) inlassablement.