ESCRIMECHAMPIONNATS D'EUROPE

Alan Tabury pour une surprise?

-© doc
Le Braivois de 16 ans défendra les chances de la Belgique aux championnats d'Europe dans quelques jours. Pour ramener une médaille?

Après Athènes l'an passé, c'est cette fois à Klangefurt, en Autriche, qu'Alan Tabury tentera de faire briller, du 26 février au 3 mars, les couleurs de la Belgique à l'occasion des Championnats d'Europe. Alan Tabury, c'est ce Braivois de 16 ans qui monte dans l'escrime francophone. Son arme à lui, c'est le fleuret.

Une arme qu'il manie, dans sa catégorie cadets, avec doigté puisque l'an passé, déjà, il avait terminé à une jolie 48e place aux C.E.. Et cette fois? Alan ne veut pas brûler les étapes alors qu'à la fin de la saison, il devra quitter les cadets pour gagner la catégorie juniors. «Comme l'an passé, je refuse de me fixer un objectif précis, dit cet étudiant qui a délaissé le latin pour affiner ses connaissances en maths et en sciences fortes, ce qui n'est pas plus facile. L'an dernier, j'étais arrivé aux Championnats d'Europe sans pression, en me disant que tout ce qui m'arriverait serait bon à prendre. Et comme ça a bien marché... Bien sûr, si je termine au-delà de la 48e place, je serai un peu déçu. Mais je n'arrêterai pas pour autant l'escrime, je le garantis (rires).»

Belle défunte saison...

C'est au prix, une fois de plus, d'un superbe parcours pendant la saison qu'Alan a décroché le droit de s'illustrer dans quelques jours en Autriche. «Il y a deux conditions pour être de la grande fête européenne, détaille-t-il.

D'abord être dans les quatre meilleurs de Belgique. Or, je suis deuxième derrière un ami gembloutois. Ensuite, il fallait réussir deux minima lors de tournois internationaux en saison régulière. J'en ai réussi trois : j'ai fini 13e à Coblance, 29e à Halle et 15e à Badenstadt. J'ai encore signé l'un ou l'autre résultat dans des tournois moins importants. Je me suis aussi frotté, histoire de m'entraîner, à la catégorie juniors. Je sais qu'en fin de saison, je vais devoir faire des choix : soit augmenter le nombre d'entraînements, soit diminuer. Ce sera difficile de tout concilier. Mais quand on aime, on se bat. Là, je ne sais pas ce que je vais faire. On avisera.» Et pourquoi pas ramener un superbe résultat d'Autriche pour choisir plus aisément et définitivement?

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook