BOUSSU-EN-FAGNE

Projet éolien : des prises de position

Les membres du conseil communal ont pu s'exprimer sur le projet d'extension du parc éolien à Boussu-en-Fagne.

Fait rare à Couvin : une discussion sur l'implantation d'un parc éolien s'est déroulée dans le calme. Il faut dire que, d'emblée, le bourgmestre, Raymond Douniaux, a exhorté ses mandataires à ne pas citer de nom, sous peine d'un report de ce point de l'ordre du jour. Il a aussi demandé au public de ne pas intervenir sans son autorisation. Les consignes ont visiblement été suivies à la lettre.

Ce point était demandé par le conseiller PS Vincent Delire. Mais il était libellé dans le programme comme étant une prise de décision. Et il a été corrigé, par son demandeur, en prise de position afin «d'y voir clair et pour que chacun prenne ses responsabilités, sachant qu'il pourrait y avoir un grand changement paysager sur Couvin si l'implantation du parc éolien de Boussu-en-Fagne était acceptée». En effet, c'est le collège communal qui décidera de l'acceptation ou non de ce projet, au terme de l'enquête publique qui se termine début février. Cette décision, de débattre de l'implantation du parc éolien, est apparue pour certains comme une prise en otage du conseil communal. Ce à quoi Vincent Delire répond, avec l'assentiment de plusieurs de ses pairs, qu'il s'agit plutôt d'une prise de responsabilités collective et que les remarques données en conseil seront prises en compte lors de la décision en collège.

L'avis des élus attentivement écouté

Plusieurs mandataires décident donc de donner leur avis, mûrement réfléchi et correctement argumenté, sur la question. Ainsi, l'échevin Eddy Fontaine estime qu'il faut d'abord une prise de position globale sur l'implantation d'un parc éolien sur Couvin et non directement débattre sur tel ou tel projet.

Pour justifier son opposition, Vincent Delire se base sur l'étude d'incidence réalisée et reprend certaines contraintes comme les effets stroboscopiques, les nuisances sonores dans la rue de l'Argoulet, la situation alarmante d'un point de vue paysager... «Seuls, ces arguments me suffisent pour ne pas cautionner l'extension du site éolien de Boussu, ajoute-t-il. Je ne tiens même pas compte des arguments envers le promoteur.» Alors que le conseiller CvN Maurice Jennequin s'interroge sur l'utilité des éoliennes et leur intérêt pour la commune, Benjamin Calice (PS), abonde dans ce sens. Il argue notamment que, lors des débats budgétaires, il a été noté que l'éolienne actuelle ne rapporte rien à la Ville. Il estime aussi qu'un certain article, paru dans le passe-partout en décembre, était indélicat. Ces raisons et d'autres font qu'il ne soutient pas le projet d'extension.

La présidente du CPAS, Jehanne Detrixhe, s'est renseignée sur diverses facettes de l'éolien : la rentabilité, le cadre légal d'implantation, les effets sur la pollution, les certificats verts... Elle pense finalement que l'éolien consiste à déguiser une opération capitaliste au nom d'une planète meilleure. Elle ne soutiendra donc pas le projet non plus.

Au terme de la discussion, le 1er couvinois s'est dit fier que ses mandataires aient pu donner leur avis et a félicité le courage politique de son conseil.

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook