COUVIN

Éoliennes de Couvin : confusion autour de l'enquête

-© EdA
Certains crient à la corruption , mais Greenelec ne propose pas de concours en marge de l'enquête publique. Un flou artistique...

C'est pour le moins limite. Greenelec, récemment, a publié dans le toutes-boîtes Passe-Partout le compte-rendu d'une réunion. Dans le texte, on peut lire : «Il est proposé de tirer au sort, parmi les personnes qui enverront à la Ville de Couvin lors de l'enquête publique prochaine, une lettre individuelle favorable à l'installation des trois nouvelles éoliennes, un lauréat qui, lorsque la licence limitée de distribution électrique lui sera applicable, verra son ménage alimenté en électricité gratuitement pendant une année entière par la Coopérative distribuant l'électricité des éoliennes des Couvinois!» Un an d'électricité en échange d'un courrier favorable aux éoliennes : voilà qui a de suite tenté les uns et fait bondir les autres. Cela s'apparente, ni plus ni moins, à une tentative de corruption de citoyens, pour qu'ils se montrent favorables à l'implantation des éoliennes!

D'emblée, les opposants au projet se sont manifestés, évidemment.

Pourtant, aucun concours n'est organisé : «Il ne s'agit que du compte-rendu d'une réunion, plaide Jacques Mambour, de Greenelec. Les décisions y sont notées, mais aussi les propositions. Ici, il ne s'agit que d'une suggestion. Lisez : il est bien indiqué que le concours est «proposé»! Néanmoins, la confusion est là. Des Couvinois ont cru à l'organisation du concours. Ont-ils pour autant envoyé un courrier favorable au projet, au service couvinois de l'Urbanisme? Rien ne le prouve.

À l'Avenue de la Libération, on a reçu des courriers d'opposition et d'autres de soutien. Mais les gens ne font pas référence explicitement à un concours. Sans qu'aucun comptage précis n'ait été réalisé, les défavorables semblent légèrement plus nombreuses.

Le fonctionnaire délégué de la Région wallonne n'y aurait pas trouvé malice, s'étonne-t-on du côté des opposants.

Mais l'affaire devrait être portée devant le ministre en charge de l'Aménagement du Territoire, Philippe Henry. Des questions sont déjà prêtes et devraient l'interpeller dès la semaine prochaine sur le sujet, en commission du Parlement. L'objectif est clairement de faire annuler toute la procédure, en sous-entendant que l'ambiguïté pourrait avoir faussé les résultats de l'enquête publique.

Décidément, rien ne peut être simple à Couvin...

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook