BOUILLON CURFOZ

«Vent de Raison» et l'impact des éoliennes

L'annonce d'une possible implantation d'éoliennes sur les hauteurs de Bouillon avait provoqué des réactions. Comme à chaque dossier d'éoliennes. Avec les mêmes arguments. L'association VentdeRaison et EPEE, un groupe d'opposition local, avaient aussi produit un montage photo montrant l'impact visuel de ces éoliennes dans la cité touristique.

Anne-Sophie Hugé, porte-parole d'Électrabel, et Bernard Delville, de Vents d'Houyet, avaient estimé que les éoliennes dessinées sur le montage photographique étaient surdimensionnées et, selon eux, l'impact visuel sur le cachet touristique de la ville était beaucoup moindre que celui dénoncé par VentdeRaison.

«Contre-vérités»

Aujourd'hui, et au matin d'une conférence à Bouillon par l'association sur le sujet, VentdeRaison revient à la charge pour rectifier ce que l'association appelle «des insinuations malveillantes ».

VentdeRaison communique : «Le texte publié le 7 octobre est composé d'un gros taux de contre-vérités. Pour rappel, VdR conseillée par des scientifiques de haut niveau, a pour objectif de faire connaître la vérité aux citoyens en matière d'énergies renouvelables. Ni EPEE, ni VdR ne sont financées par des sources extérieures, ce qui permet une totale indépendance par rapport aux promoteurs et aux politiques. Jamais en cinq ans, VdR n'a été contredite dans ses études par un organisme sérieux. Lorsque Bernard Delville, de Vents d'Houyet écrit que nous avons utilisé des éoliennes surdimensionnées (à dessein?), de 200 mètres de hauteur sommitale au lieu de 150, je vous réponds que c'est totalement faux. Nous pouvons aisément démontrer que les éoliennes utilisées dans les photomontages ont 150 m de hauteur sommitale et 110 m de hauteur de nacelle.» Et les signataires d'y aller de précisions et de détails dont nous épargnons le lecteur, pour prouver leurs dires.

«Nous sommes tout disposés à donner un cours de topographie entre ingénieurs et Bouillonnais», écrit encore pour EPEE et VentdeRaison, M. Storder, de Jambes.

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook