GEMBLOUX ET LA BRUYERE

Gembloux: encore un nouveau projet éolien

-© EdA
On se bouscule en Hesbaye... La société Abo-Wind entre en piste avec 9 éoliennes, à cheval sur Gembloux et La Bruyère.

Le mystère est à présent levé. La société Abo-Wind a invité le 17 novembre la population des communes de Gembloux et La Bruyère à une réunion d'information, étape préalable à la réalisation d'une étude d'incidences et d'une enquête publique. L'objet : un projet d'implantation d'un nouveau parc éolien, sur les territoires de Gembloux et de La Bruyère, non loin de l'ancienne sablière des Sept Voleurs. Neuf éoliennes de 2 à 3 Mw sont projetées sur cette vaste plaine agricole que délimitent les villages de Grand-Leez, Sauvenière, Lonzée, Meux et Saint-Denis. Six mâts sont prévus sur le territoire gembloutois, trois sur La Bruyère.

Le responsable projet d'Abo-Wind M. Lull croit en ses chances : «Nous avons eu des contacts très en amont avec les communes, explique-t-il. Et notre projet est instruit avec sérieux. Par exemple, nous avons fait réaliser des pré-études environnementales pour voir si le projet n'avait pas d'incidences sur les oiseaux et les chauves-souris» .

Mais l'argument que la société Abo-Wind ne manquera pas d'évoquer au cours de la réunion d'information, c'est la possibilité tant pour les autorités publiques que pour les citoyens de s'investir activement dans le projet.

Plusieurs possibilités s'offrent aux communes. «Chaque cas est particulier, on travaille en fonction des capacités et des souhaits des communes», explique Christian Lull.

En ce qui concerne une éventuelle participation citoyenne, les discussions sont déjà plus avancées. Des contacts ont été pris avec le collectif Énergie Gembloux, ce que confirme Paul Plume. «Contrairement à Alternative Green, les contacts se sont bien passés. Abo-Wind est une société privée qui cherche le profit mais ce sont des gens très ouverts». Le collectif Énergie et des citoyens de La Bruyère envisagent la création d'une coopérative. «On compte l'appeler Nosse Moulin, précise Paul Plume. Un nom qui puise dans deux langues et évoque à la fois le côté local et francophone» . Deux éoliennes pourraient être directement achetées par la coopérative, à moins qu'elle ne préfère prendre une participation, dans des proportions similaires, sur l'ensemble du parc.

Ce nouveau projet confirme l'intérêt des promoteurs éoliens pour la venteuse Hesbaye. Trois projets sont déjà en fonctionnement, trois autres en gestation : la concurrence sera rude, mais cela n'effraye pas M. Lulle : «On arrive à un moment intéressant. Tous les sites potentiels sont aujourd'hui sortis. Cela permet d'avoir une vue d'ensemble et de comparer les projets, de choisir ce qu'on veut et ce qu'on ne veut pas». À Lonzée déjà des voix se sont élevées, relayées par Yves Jeandrain (Bailli) au dernier conseil communal. Celui-ci évoquait les craintes d'une implantation dans une région qui ne manque pas d'atouts sur le plan patrimonial. Une pétition serait déjà en train de circuler à Lonzée. Pro et antiéoliens affûtent déjà leurs arguments.

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook