NAMUR

Le prince-président des menteurs est un Rèlîs

-© EdA
Le traditionnel concours des menteurs organisé par la Royale Moncrabeau a eu lieu : il a été remporté par le président des Rèlîs Namurwès.

On sait depuis longtemps que les Rèlis Namurwès ont pour objectif de cultiver, d'encourager et de promouvoir la littérature wallonne et l'usage du wallon. Ce qu'on ignorait jusqu'il y a peu, c'est que cette noble société littéraire namuroise est présidée par un sacré menteur. Si d'aucuns s'imaginent que cette révélation est de nature à mettre les Rèlîs Namurwès dans l'embarras, qu'ils se rassurent, ce n'est vraiment pas le cas. On peut même dire, et sans crainte de se tromper, qu'ils sont très fiers d'avoir comme président Joseph Dewez. Et pour cause, celui-ci a remporté, samedi après-midi, le concours des menteurs de la Société Royale Moncrabeau « Les 40 Molons ».

Organisé en prémices aux Fêtes de Wallonie, ce concours a vu la participation de cinq représentants de la gent masculine. Aucune femme n'était inscrite cette année. De là à imaginer qu'elles mentent moins bien que les hommes, il n'y a qu'un pas que nous ne franchirons pas au vu du nombre de fois où celles-ci ont remporté ce sympathique concours.

Brumagne et brubruzéla

Comme le veut la tradition, l'après-midi a débuté avec l'accueil de nouveaux Molons et un concert. Cette année, Dominique Liégeois, roi des menteurs 2010 à Moncrabeau, et Jean-Michel Pochet, prince-président des menteurs 2009, ont rejoint la société. Le jeune Quentin Grenson, vainqueur en mai dernier du 2er concours d'éloquence Daniel L'hoir, a également été mis à l'honneur.

Ensuite, Daniel Wilvers, Benoît de Decker, Pierre Lazar, Moïse Dumont et Joseph Dewez ont été invités à raconter leur menterie devant le public et le jury présidé par Guy Debouck.

Au terme des différentes prestations, c'est Joseph Dewez qui s'est donc imposé face aux autres candidats avec une bien drôle d'histoire mêlant eau de Bru, coupe du monde de football, Molons, Rèlîs Namurwès, bière et « brubruzéla ».

À en croire le président des Rèlîs, il aurait reçu par erreur une lettre de la société Bru adressée en réalité aux Molons. À la lecture de celle-ci, on apprend que la FIFA a choisi la société pour fournir les boissons à tous ceux qui viendront dans le nouveau stade qu'on va bâtir à Namur pour la coupe du monde de football de 2018. Avant de lancer la « Bru-magne », une nouvelle bière, la société voudrait que les Molons la testent. Elle souhaiterait également que ceux-ci jouent l'air officiel du Mondial avec une sorte de mirliton baptisé « Brubruzéla ». Un nom certes étrange pour un instrument, mais qui aurait, paraît-il, l'avantage de réconcilier Flamands, Bruxellois et Wallons. Ne dit-on pas BRU-xelles, BRU-ges, BRU-stem, BRU-ssegem, BRU-gelette, BRU-nehaut, BRU-ly de Pesche ?

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook