BOUGE

Une église pavoisée en noir, jaune, rouge

-© EdA
Rénovée il y a peu, l'église Sainte-Marguerite a été inaugurée , le jour de la fête nationale. En présence de quelque 200 personnes.

C'est sur fond de fête nationale que l'église Sainte-Marguerite de Bouge rénovée a été inaugurée officiellement, en présence de nombreux paroissiens, de membres de la Confrérie royale du Grand Feu traditionnel de Bouge et de l'échevin du patrimoine, Tanguy Auspert.

Prenant la parole, José Avril, le président de la fabrique d'église, a retracé rapidement l'historique de la rénovation de ce monument de style néogothique. « Aboutissement d'un long parcours, dont la genèse remonte à plus de vingt ans, la rénovation a permis à cet édifice, dédié à sainte Marguerite d'Antioche, de retrouver son lustre d'antan, de continuer à dominer la vallée et d'être le phare privilégié de la ville face à la Citadelle », a-t-il rappelé, en substance.

Trois restaurations en 140 ans

Dans son allocution, José Avril a également remercié chaleureusement toutes les personnes qui, d'une manière ou d'une autre, ont oeuvré à la rénovation de l'église. Et le président de la fabrique de citer plus particulièrement, l'échevin du patrimoine « qui a débloqué la situation », MM. Fossion, Disante et Alsteen, respectivement directeur et professeurs au Centre d'Éducation et de Formation en Alternance (CEFA), ainsi que les jeunes du CEFA sans lesquels l'église ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui.

Érigée en 1870, sur l'emplacement d'une ancienne chapelle datant de 1713, bâtie elle-même sur le site d'une première chapelle, l'église Sainte-Marguerite de Bouge a subi trois restaurations, au cours de son histoire : une en 1957, une en 1985 et une cette année.

En ce qui concerne plus précisément cette dernière, cela faisait plus de deux décennies que les responsables de la fabrique d'église la sollicitaient auprès des autorités responsables. Endommagé, à la suite d'infiltrations d'eau, l'édifice avait bénéficié, en 1999, du renouvellement de sa toiture. Depuis cette date, et malgré les nombreuses demandes de rénovation introduites par le président de la fabrique d'église, plus rien n'avait été fait.

Il allait falloir attendre le début de l'année 2009 pour que la Ville fasse procéder au remplacement des chenaux et des gouttières et fasse rejointoyer et imperméabiliser les maçonneries extérieures. Restait encore à effectuer les travaux intérieurs de replâtrage et de peinture afin d'effacer toutes traces des dégâts.

Pour ce faire, un partenariat a été conclu entre la Ville et le Centre d'Éducation et de Formation en Alternance. Celui-ci stipulant que la Ville prenait à sa charge le coût des matériaux, tandis que le CEFA s'occupait de réaliser les travaux sur chantier. Des travaux aujourd'hui terminés et dont les jeunes du CEFA peuvent être fiers, selon les dires de José Avril.

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook