HOUYET CUSTINNE

Au bonheur des maîtres et chiens

En deux mois, un club canin est sorti de terre dans le village de Custinne. Les installations ont été inaugurées.

Ils cherchaient un endroit pour se poser, ils l'ont trouvé. Désormais, «Le club des chiens joyeux» a pignon sur rue. Ceci a pu se faire grâce une intervention communale qui a mis à disposition un terrain qui se situe dans la rue du champ du Moulin, à Custinne. Il n'a guère fallu de temps pour les amoureux des chiens pour l'aménager. En deux mois, des installations de qualité sont apparues. Elles auront les portes ouvertes aux membres du club mais également aux locaux. « Plusieurs habitants sont déjà passés nous dire bonjour. Cela nous a fait plaisir. Sachez qu'avec ou sans chien, vous êtes les bienvenus dans notre club canin», a indiqué René Wilmot lors de l'inauguration. Ici, on veut jouer à fond la carte de cordialité.

Une longue aventure Créer un club canin ne date pas de la semaine passée. « Dans le courant du mois d'octobre, une équipe était prête à se lancer dans l'aventure », explique le président du nouveau club.

Quelle ambition portent les fondateurs du « Club des chiens joyeux » ? La réponse est clairement dans le nom choisi. « Notre club canin n'est pas réservé à des spécialistes. Tous les chiens, peu importe la race et l'âge, peuvent y trouver leur place pour autant que leur propriétaire ait envie de passer régulièrement un peu de temps à affiner sa relation avec son compagnon à quatre pattes», avance-t-on.

En mettant ce club sur pied, les responsables ont l'ambition de mettre en place une structure qui permette à des personnes de partager leurs expériences.

Plus encore, il est question de permettre à ceux qui le souhaitent de mieux comprendre son chien.

Dans les motivations, on n'écarte pas non plus la possibilité de goûter à une pause avec son fidèle animal. Concrètement, le club ouvre les mercredis de 18h à 20h et les dimanches de 9 à 12h. Des renseignements peuvent être obtenus au 0473/65 61 07.

Pur belge

Une des richesses de l'équipe qui est à la tête du club est d'être bilingue. « Ici, comme à la tête du pays, cela nécessite d'accepter qu'un point de vue soit parfois différent d'un autre. L'idée est donc d'essayer de bien comprendre l'un et l'autre et de trouver des points d'intérêts communs », livre-t-on avant d'expliquer que cette démarche n'est pas étrangère avec celle qui lie l'humain à la bête. « Nous faisons exactement la même chose avec nos compagnons à quatre pattes. Nous apprenons à bien les comprendre en observant comment ils communiquent, comment ils s'organisent entre eux et puis nous mettons en place des manières de faire dans lesquelles humains et chiens trouvent ensemble du confort ».

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook