HAM-SUR-HEURE

Thudinie : l'éolien en question avec Vent de raison

L'association Vent de raison veut un moratoire sur tous les projets éoliens en cours et privilégier le développement offshore.

En marge du recours déposé au conseil d'État contre le projet éolien d'Ham-sur-Heure - Thuin (un des projets qui retiennent la vigilance du groupe thudinien Vent de bon sens ), l'association Vent de raison se présente comme une plate-forme apolitique qui refuse la destruction du patrimoine paysager par des éoliennes terriennes. Elle en conteste l'efficacité et même la légalité. Elle apporte son soutien à une cinquantaine de comités locaux qui luttent pour leur environnement. Elle leur apporte son concours dans le dépôt de recours au conseil d'État, crée une solidarité entre les groupes, relaie les informations. Elle exige un moratoire sur tous les projets en cours.

Guido Van Velthoven, fondateur et animateur, s'explique. Il plaide pour une gestion centralisée de l'énergie renouvelable, ne laissant pas aux intérêts privés ou au profit escompté des communes, des implantations anarchiques. « Il ne s'agit pas d'une attitude nimby, dit-il, mais de faire entendre des arguments sur les plans scientifiques et légaux. » Le rendement de l'éolien sur terre est nettement inférieur à l'éolien offshore (en mer) sans nuisance pour les riverains situés à 27-30 km ni pour l'environnement. « D'autre part, dit-il, le ministre Paul Magnette ne contredit pas le comité scientifique qui affirme que l'offshore fédéral rencontre l'exigence des 13 % de production d'énergie renouvelable en 2010. » Santé publique L'installation d'éoliennes viole le principe de précaution en matière de santé publique. Il renvoie à l'étude du docteur Nina Pierpont sur le wind turbin syndrom . Elle préconise un éloignement minimum de la population d'1,5 mile (2,5 km). Aucune indemnisation n'est prévue dans ces situations qui touchent les personnes dans leur confort et leur santé et dans la valeur de leur patrimoine nettement dévalorisé.

Vu l'intermittence de la production d'énergie éolienne et le recours nécessaire à une production alternative, il n'est pas démontré que l'éolien réduit les gaz à effet de serre. Il n'en existe pas de statistique fiable.

Il y aurait lieu de réviser le système des certificats verts. Des certificats verts qui sont aussi accordés lors de production d'énergie à des moments où elle n'est pas nécessaire et qui est délestée. Ce délestage devrait être apprécié statistiquement. Ce n'est pas le cas.

Autre argument : l'illégalité, en raison du non-respect de la convention européenne du paysage qui impose de respecter la ligne du paysage. Voilà quelques-uns des arguments qui motivent Vent de raison à informer les citoyens et à les aider à prendre position dans le débat.

http://ventderaison.com info@ventderaison.com