ARLON

Jeu du foulard : La mort d'un adolescent à Toernich

Victor Martin, 14 ans, est mort des suites du jeu du foulard.
Victor Martin, 14 ans, est mort des suites du jeu du foulard.-(photo EdA)
Un jeune garçon de 14 ans a perdu la vie, mercredi soir, alors qu'il pratiquait le jeu du foulard, seul, dans sa chambre. Un drame qui bouleverse toute la région et qui démontre les dangers de tels jeux.

Victor Martin, 14 ans, est mort des suites du jeu du foulard, connu pour être pratiqué essentiellement par des enfants et jeunes d’ailleurs. Un jeu particulièrement dangereux.

Le jeu du foulard consiste à bloquer sa respiration jusqu’à évanouissement par compression du sternum ou de la carotide, à l’aide d’un foulard notamment. L’évanouissement est précédé de sensations fortes et d’hallucinations que recherche le jeune. Le jeu est souvent pratiqué en groupe. Il est d’autant plus dangereux quand plus personne ne peut intervenir. Car les conséquences peuvent s’avérer fatales. Les pratiquants peuvent garder des séquelles irréversibles dues à des lésions cérébrales. L’évanouissement peut également provoquer un arrêt cardiaque.

Le phénomène est bien connu et plusieurs associations se sont créées pour mettre en garde enfants et parents sur le danger de ces pratiques.

De nombreux décès résultant de ces évanouissements provoqués sont à déplorer chaque année. Ces pratiques entraînent souvent une forme de dépendance.

Puisse le décès de Victor attirer l’attention sur les conséquences dramatiques que peut provoquer cette pratique.

« Le garçon était seul dans sa chambre, confirme le procureur d’Arlon Serge Lipszyc. C’est le papa qui l’a découvert. Pratiquer ce jeu en solitaire est d’autant plus dangereux qu’en groupe. »

Le jeune garçon comptait de nombreux amis au club d’échecs d’Arlon et parmi les scouts.

Victor laisse ses parents Nicole et Danny, ses deux sœurs, Zoé et Lily, ainsi que toute la famille dans une immense peine.

« Victor était un adolescent discret, un petit blond vif d’esprit, un garçon possédant d’excellentes facultés intellectuelles ».

Son papa est ingénieur, sa maman, psychologue dans l’enseignement de la Communauté française à Arlon. Ce sont des personnes bonnes et généreuses.

Victor était, lui, étudiant à l’ISMA, Arlon.

Les médecins ont fait l’impossible pour ranimer l’adolescent, en vain.

Cet accident qui s’est produit mercredi soir a provoqué le drame. Un drame qui bouleverse toute la jeunesse du chef-lieu.

Prolongez l'info dans L'Avenir du Luxembourg