DONCEEL

Itinéraire d'un pas sionné de BD en Hesbaye

La première édition du week-end patrimoine et BD n'a pas rassemblé la grande foule. Pourtant la qualité, tant des sites que des auteurs, était au rendez-vous.

Samedi , Villers-le-Bouillet, 9h30. Plusieurs marchands installent leurs bouquins au pied du Vieux Clocher, entouré de ses fermes. Après avoir fouiné dans les vieux livres, le parcours peut commencer. Direction Hollogne-sur-Geer où le jeune dessinateur Pierrephi joue à domicile. Le jeune Geerois montre son talent à travers ses planches et ses illustrations au moulin castral. L'endroit suranné, mieux on y entend le bois des poutres chanter et on remarque que la brique a été beurrée à la chaux et non au ciment.

Samedi, Lamine , 11h. On pénètre dans le cimetière pour rejoindre l'église, lieu du vernissage, mais aussi d'une exposition de planches de Servais, Herman, Venanzi. Un seul auteur est présent, mais pas n'importe lequel, puisqu'il s'agit de Michel Pierret. Le premier gag du week-end survient. En effet, en même temps, un mariage a lieu dans l'église. Voici donc le dessinateur des Aigles décapités invité à la noce bien malgré lui.

« J'ai été un peu surpris, sourit Michel Pierret. D'autant que ce soir, je suis réellement invité à un mariage à Liège. » N'empêche, entre les deux mariages, dans l'église de Lamine, le dessinateur liégeois va dédicacer bon nombre de ses livres au point d'épuiser le stock, avant de se rendre à Oreye au château d'Otrange, autre site extraordinaire de ce parcours du patrimoine et de la Hesbaye en Hesbaye-Meuse. Là, le deuxième gag se produit. Pas de Eric Warnaut, pourtant annoncé, mais arrivée de Michel Weyland, prévu le lendemain à Donceel. Qu'importe le dessinateur d'Aria prend la nouvelle avec le sourire et profite de cette visite pour visiter le parc du château et prendre quelques clichés. Durant ce temps, Hachel, natif de Sur-les-Bois dédicace au centre culturel de Saint-Georges.

Dimanche, c'est la course pour tout faire : la tour romane d'Amay, la chapelle de Saives à Faimes, la ferme Schalenbourg à Donceel ... Ou rencontrer Cortes, Weyland, Venanzi, Lodji ! Dimanche soir, une question nous taraudait. Ce week-end, le patrimoine hesbignon s'est-il servi de la BD pour se mettre en valeur ou est-ce la BD qui a utilisé le patrimoine hesbignon pour sortir de ses habituelles salles de festival ? Sans doute y a-t-il un peu des deux, mais qu'importe après tout puisque les deux en sortent gagnants.