GEER

Le moulin de Geer produit sa propre électricité

Depuis janvier 2008, le moulin de Geer produit de l'électricité. La production équivaut à deux ménages mais pourrait être multipliée par cinq.

À côté de la roue à augets, le bruit est assourdissant mais Pierre Lorenzi affiche un large sourire. Lui qui rêvait d'acheter un moulin et d'en faire une vitrine pour les énergies renouvelables, peut être fier du boulot accompli. Depuis janvier 2008, son moulin produit de l'électricité. « Pour le moment, nous sommes entre 6 000 et 8 000 Kw/h, l'équivalent de la production pour deux habitations. Et pour 2008, je devrais toucher 600 € en certificats verts », explique le propriétaire... qui est aussi architecte.

En achetant le moulin, Pierre tablait sur une restauration de la roue à augets. Mais ni la production actuelle, ni les certificats verts ne suffisent à payer l'entretien. « Rien que pour cet hiver, j'ai dû remplacer 30 des 40 augets (une sorte d'aube) malheureusement, il n'existe pas de prime pour l'énergie hydraulique. Par contre, j'ai eu droit à un subside pour la rénovation du petit patrimoine . » Très loin des milliers d'euros nécessaires pour restaurer et adapter le mécanisme. Mais avec 30 ou 40 cm d'eau supplémentaires, le moulin pourrait produire cinq fois plus d'électricité.

« La rénovation du moulin a aussi un impact positif sur la faune et la flore. On aperçoit maintenant des espèces d'oiseaux qui s'arrêtent dans les prairies en amont . » Pierre souligne également l'impact du moulin sur la gestion des inondations. « Cela a résolu le problème en aval . » Le moulin faisant office de barrage de retenue, les eaux débordent du Geer au niveau des prairies en amont et qui sont des marécages. « Nous n'avons rien inventé. Regardez cette vieille photo : avant la hauteur de l'eau était plus importante mais jamais, les meuniers n'ont relevé le mur séparant la cour arrière du bassin : la preuve que l'eau ne débordait pas ici . »

Par contre, matin et soir, Pierre doit nettoyer la grille par où l'eau s'élance vers la roue. « En automne, on doit le faire plusieurs fois par jour. » Avec, parfois, des surprises. « Une fois, j'ai découvert un sac poubelle rempli de langes. Impossible à transporter : l'eau avait été aborbée. J'ai dû le tirer vers la berge et le lancer dégorger là-bas . »

Fière du bâtiment, Pierre a installé un spot dirigé vers la roue et la façade le long du Geer. « On la voit depuis la route, c'est une façon de partager cette architecture avec les habitants . »

Le propriétaire du moulin a aussi été choisi par la Commune pour réaliser le chemin de balade qui longera le Geer un peu plus en amont. « Ce sera un chemin adapté aux personnes à mobilité réduite. Mais il permettra aussi aux enfants de venir à l'école en toute sécurité . »