CHARLEROI

Badard candidat à l'ICDI !

L'ancien directeur général de l'ICDI est candidat à sa propre succession. Licencié pour pratiques de gestion douteuses, il a très peu de chance d'être redésigné.

Franz Badard va-t-il faire son retour à la tête de l'intercommunale de collecte et de déchets des immondices de Charleroi ? Six mois après avoir obtenu l'une des indemnités de licenciement les plus importantes de l'histoire du secteur public, l'ancien directeur général qui avait presté moins de deux ans vient de présenter sa candidature à sa propre succession. « Son nom figure dans la liste de ceux que nous avons reçus », confirme le président de l'ICDI Gérard Monseux.

De source proche du dossier, il nous revient qu'une vingtaine de candidats ont postulé pour le poste de top manager de l'intercommunale. L'appel qui avait été lancé par voie publique a été clôturé. Selon nos informations, le comité de gestion a écarté la moitié des personnes, mais une nouvelle sélection va être opérée afin de ne retenir qu'une short list au départ de laquelle un jury d'experts devra procéder à la désignation du directeur général. Cela se fera au terme d'un examen d'assessment comme avait dû le passer Franz Badard pour son recrutement.

Peu de chances

Quelles sont ses chances d'embauche ? Très sincèrement minces. Il se dit qu'une condition va réduire quasiment à néant ses chances de retour. On le comprend : le conflit qui avait opposé l'ex-directeur au conseil d'administration n'appartient pas qu'au passé. On voit mal l'homme revenir par la grande porte quelques mois après un licenciement qui a coûté en image et financièrement très cher à l'intercommunale. Politiquement, cela ne tient pas la route. Ne seront accueillis que des candidats qui pourront faire valoir une expérience positive dans le secteur. « Badard est assez mal placé pour revendiquer cela sur son CV », selon une source.

La volonté du conseil d'administration est de mettre en place la nouvelle direction pour la rentrée prochaine, au plus tard en octobre. Il s'agira d'une équipe tricéphale avec un directeur assisté de deux adjoints, l'un spécialiste en droit et administration, l'autre chargé de la technique. Au terme des incidents qui ont marqué son histoire, l'ICDI n'a plus droit à l'erreur. Parmi les candidats, plusieurs pointures se profilent : Philippe Dewasmes est cité. Il s'agit du manager de crise installé après l'incarcération de Lucien Cariat, juste après l'éclatement du scandale. Sa candidature semble faire l'unanimité. D'autres challengers sont dans les starting-blocks, dont certains déjà présents lors du premier appel, en 2006.