CHARLEROI

Bienvenue à « Couillu les deux églises »

Comment produire un film 100 % carolo avec des financements locaux ? Dominique Dubuisson et Lizon Lalou plantent le décor. Moteur !

Marbie, star de Couillu les deux églises. Ce pourrait être le titre d'une superproduction X. C'est celui du premier long métrage de Dominique Smeets, alias Lizon Lalou. La comédienne carolo a convaincu Pascal Zabus de le réaliser dans des conditions de financement plutôt originales puisqu'une vaste opération de mécénat est lancée sur le web et dans les grands médias. L'objectif est de récolter le million et demi d'euros nécessaire au tournage sans recourir aux aides de la Communauté française.

Le réalisateur Pascal Zabus y voit une opportunité pour les investisseurs : la mise de base est de 125 €. Elle peut monter à plus de 6 000. A vrai dire, l'équipe met en vente le village de l'intrigue de ce scénario tendre et vaudevillesque : il suffit de se porter acquéreur d'un lopin de terrain de Couillu, d'une de ses maisons, d'un monument, d'un bâtiment public ou encore de son hôtel de ville pour soutenir l'initiative culturelle parrainée par Benoît Mariage.

Un film drôle, humain, tendre comme l'est le cinéma des vrais gens, déjà assuré de la participation de Lizon, bien sûr, dans le rôle de l'insouciante Marbie et son inséparable comparse Dominique Dubuisson, mais aussi d'acteurs comme Chantal Ladesou, en médium, de Christian Gabiel, le ventriloque français, et de cette gueule du cinéma belge qu'est Jean-Marie Barbier (Melting Pot café et Les Poissons marteaux ). Un film pour lequel on recrute aussi des figurants. Le casting va se poursuivre : environ 80 rôles sont à prendre.

Tournage à l'été 2010

Le pitch nous emmène à Couillu, un village dont la ressemblance du nom n'est que purement fortuite avec celle d'une commune de Charleroi où aura lieu le tournage, dès le mois de juin 2010. Il est aussi question d'aller filmer à Lobbes et Thuin, indique la scénariste, dont l'intrigue conduit le spectateur jusqu'aux terrasses de la Méditerranée, à Cannes... en passant par Paris. Marbie, c'est précisément de la graine de star. Le boucher de Couillu perçoit en elle ce potentiel après l'avoir entendue chanter dans une starac ' locale. Marbie n'est plus une jeune première, certes. Mais tout est possible quand on croit dans ses rêves.

Là se rejoignent l'histoire du film et le scénario. L'aventure est en route, avec le soutien de sponsors, d'amis. Comme l'ex échevin carolo de la Culture, Christian Renard, ou Télésambre qui va diffuser gratuitement des spots. Les contes de fée n'arrivent pas qu'aux autres. Marbie veut en devenir un symbole avec ceux qui sont prêts à miser sur son film à travers l'acquisition d'un terrain fictif.

Quoi qu'il arrive, l'équipe s'engage à aller au bout de son projet. « Si nous n'avons pas réuni la somme, nous planterons quand même nos caméras », annonce Dominique Dubuisson. Vous voilà prévenus !J. D. (avec D.A.) Renseignements : http://www.marbiestar.be Dominique Dubuisson : 0485/65 81 79

Dominique Smeets : 0478/22 35 41