HABAY

Le théâtre des Forges purge les idées

Après « On purge bébé » de Feydeau, le théâtre royal des Forges purge les idées avec « Vatzlav » de Mrozek. Le résultat est au rendez-vous, le public moins.

Bien sûr, en matière de théâtre, lorsqu'on dit « Feydeau », on remplit déjà la moitié de la salle. Par contre, lorsqu'on dit « Mrozek », on répond : « À vos souhaits ! » Et lorsqu'on dit « Vatzlav », on a tendance d'ajouter « Havel », en référence à l'auteur tchèque Vaclav Havel.

Bref, cette année, le théâtre royal des Forges n'a pas choisi un auteur grand public pour sa nouvelle saison.

Et c'est tant mieux, cela permet de découvrir des auteurs peu connus chez nous, en l'occurrence le dramaturge polonais Slawomir Mrozek et son conte burlesque « Vatzlav », dont le théâtre des Forges crée la « première » en Belgique. C'est dire si on voyage dans l'inconnu, à l'image de Vatzlav !

Vatzlav est un esclave naufragé, échoué sur une terre inconnue. Pauvre, il veut devenir riche ; exploité, il veut exploiter. C'est sa quête ! Sur son chemin, il rencontre tour à tour un tyran et son épouse, un adolescent révolté, deux paysans, une jeune fille puis un guerrier et son armée. À chacun, à chacune sa logique, son sens de la justice, de l'injustice. Dans ce conte burlesque, Mrozek tourne en dérision, tant la bêtise humaine que les vertus.

Un travail très soigné

La mise en scène est signée par Sarah Antoine (Virton), une comédienne professionnelle. Cette mise en scène est soignée. Ici pas d'entracte, la pièce tourne en continu. Il n'y a pas d'acte : la pièce étant une succession de tableaux qui changent en fonction des rencontres de Vatzlav.

Sarah Antoine recourt à toutes les techniques du théâtre pour suivre la quête de Vatzlav : brouillard, vidéo, ombres chinoises, jeux de lumière, décors sobres mais changeant par le seul fait de l'éclairage, jeu théâtral avec ou sans masque, objets symboliques, etc. Le public doit apporter sa part d'imagination.

C'est du haut de gamme, mais ce n'est pas banal. On rit, mais pas comme d'habitude. Après « On purge bébé », le théâtre des Forges purge les idées reçues.

À voir encore le vendredi 20 mars et le samedi 21 mars à 20 h 15 au Foyer à Habay-la-Vieille.

Adultes : 10 € ; étudiants : 6 € ; - 10 ans : 4 €.

Suivez notre page L'Avenir Luxembourg sur Facebook