ROUVROY TORGNY

Pain de coucou, coutumes et traditions gaumaises

« Pain de Coucou » : sous ce titre, Bernard Joannes a écrit un livre littéralement craquant sur les coutumes et traditions gaumaises.

«Quand j'étais enfant, j'adorais fouiller dans le sac de mon père lorsqu'il rentrait du boulot. J'y cherchais la tartine qu'il n'aurait peut-être pas mangée à la pause. C'est ce qu'on appelle du pain de coucou. » Bernard Joannes a les yeux brillants quand il parle du livre qu'il a écrit sur les coutumes et traditions gaumaises. « Le Méridional », le SI dont il est le président, l'a publié dans le cadre de son vingtième anniversaire.

Un passage de témoin essentiel Anne Léger, la secrétaire du SI, présente Pain de coucou, coutumes et traditions gaumaises, comme un livre de passeur. « Ce livre participe activement à la tradition : grâce au recueil des coutumes et des usages de notre petite région, il permet le passage du témoin aux jeunes générations. » Le livre rassemble coutumes et traditions que Bernard a classées, analysées, présentées sous le bon éclairage. Une mise en forme de notes réunies durant plus d'une vingtaine d'années. Des notes inspirées par son vécu, ses souvenirs d'enfant. « Là où l'auteur donne son plein, là où il déploie au mieux sa capacité d'évocation, ce sont ses souvenirs d'enfance grâce auxquels on se surprend à remémorer les siens », témoigne encore Anne Léger.

Cela dit, les paroles des anciens aussi ont enrichi les notes de Bernard tout comme les nombreuses archives qu'il a analysées. « Les traditions que j'évoque se situent entre le XVIIe et le début du XXe siècle. » Un ouvrage

à quatre mains Mais Pain de Coucou n'est pas une somme hermétique, sèche. Tout au long des 280 pages de l'ouvrage, le lecteur découvre des infos classées par thème. Des étapes de la vie, de la naissance aux funérailles, de la place de l'Église à la sorcellerie, des fêtes religieuses aux fêtes calendaires, des traditions populaires aux maladies et remèdes, des vieux métiers à la protection de la vie au quotidien, le lecteur découvre une prose aussi efficace que légère où l'information s'enrichit d'anecdotes choisies. Bref, Pain de coucou allie la poésie du fond à la qualité d'une remarquable mise en page.

Et puis, il y a ces moments de respiration, de ce partage de souvenirs avec Cécile, une grande soeur qui les a traduits à travers des scènes dessinées fleurant bon la poésie d'une enfance retrouvée. « Le partage de souvenirs a littéralement doublé notre mutuel bonheur. » Un bonheur que les auteurs de cette pièce à quatre mains espèrent bien faire partager aux lecteurs (re) découvrant baptêmes, crécelles, Saint-Nicolas, rogations, pesage des filles, veilles ou rémouleur d'autrefois, pour ne citer qu'eux.

Suivez notre page L'Avenir Luxembourg sur Facebook