Céline, la «Madame Scout» des camps à Braives

La commune de Braives a engagé une étudiante pour assurer le relais avec les camps scout qui s'installent dans l'entité durant l'été.

Seule commune de l'arrondis sement à avoir emboîté le pas du ministre Courard après une expérience pilote en 2006, Braives a sa «Madame Scout». Soit une étudiante engagée pour veiller à la bonne intégration des camps de mouvements de jeunesse qui s'organisent sur le territoire braivois pendant l'été. «J'ai toujours en mémoire ce drame qui a coûté la vie à une jeune scout dans la commune de Clavier, confie Pol Guillaume, le bourgmestre braivois. Avec les camps que nous accueillons dans notre commune, il ne faut pas croire que ce genre d'événement malheureux n'arrive qu'ailleurs. Donc on s'est dit, pourquoi pas engager quelqu'un qui puisse aider ces mouvements de jeunesses à bien passer leurs vacances chez nous?»

Un relais pour les 9 camps

C'est Céline Evrard qui a été choisie pour assurer le relais entre la commune de Braives et les mouvements de jeunesse qui ont choisi l'entité hesbignonne pour organiser leur camp estival. Neuf unités de 30 à 40 jeunes chacune, figurent à son cahier de charges qui l'occupera jusqu'au 2 août. Essentiellement des lutins qui se relayent en fin de quinzaine entre la salle Le Roxy de Braives, la Ferme Tallieu de Latinne, le château de la Vielle Cense et la ferme de la rue du Thier Moson à Fumal. «J'y passe tous les jours pour vérifier que tout se déroule bien et répondre aux éventuelles questions, explique l'étudiante de 19 ans. Et puis, ils ont mon numéro de téléphone en cas de problème. J'ai moi-même été scout pendant 12 années. Ce rôle de personne relais m'intéresse, donc, beaucoup. Je préfère cette appellation à Madame Scout...»

Pour assurer sa mission, Céline gagne 5€ de l'heure avec un maximum de 35 heures de prestation par semaine. Cette charge financière est entièrement couverte par la Région Wallonne. Bref, que du «profit» pour la commune de Braives ainsi rassurée sur le suivi des camps de jeunesse. «En fin de période, Céline nous fera un listing de tout ce qu'elle aura remarqué, continue Pol Guillaume. Ainsi, nous pourrons être plus attentifs à certaines choses l'année prochaine.» Et comme l'accueil de jeunes pourrait encore s'accentuer, une fois le centre d'hébergement terminé au moulin d'Hosdent...